Feu vert de l'Europe pour que Thalys devienne Eurostar

La fusion entre les deux compagnies ferroviaires avait déjà été annoncée en 2019, mais elle a été retardée par la pandémie.

La Libre Eco avec Belga
Thalys exploite actuellement les lignes à grande vitesse entre la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne.
Thalys exploite actuellement les lignes à grande vitesse entre la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne. ©Shutterstock

La Commission européenne a donné mardi son feu vert au rachat du Thalys franco-belge par la compagnie ferroviaire française SNCF. Thalys était jusqu'à présent contrôlé par la SNCB. Selon la Commission, le rachat n'entraînera aucune distorsion de la concurrence, "étant donné son influence très limitée sur la structure du marché".

Ce rachat s'inscrit dans le cadre de la fusion entre Thalys, basé en Belgique, et Eurostar, qui est déjà contrôlé par la SNCF. À terme, la marque Thalys disparaîtra pour ne laisser que l'Eurostar.

Thalys exploite actuellement les lignes à grande vitesse entre la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne. L'Eurostar relie le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas via le tunnel sous la Manche.

"Green Speed"

La fusion entre les deux compagnies ferroviaires avait déjà été annoncée en 2019, mais elle a été retardée par la pandémie. A l'automne 2021, le projet a pris un nouvel élan. Le siège de la nouvelle société sera à Bruxelles. La SNCF sera l'actionnaire majoritaire, la SNCB gérant 18,5 % des actions.

Le projet, baptisé Green Speed, reliera cinq pays et 245 millions de personnes à la France, au Royaume-Uni, à la Belgique, à l'Allemagne et aux Pays-Bas. Les deux entreprises emploient désormais 2 300 personnes et réalisent un chiffre d'affaires combiné de 1,5 milliard d'euros.