Plusieurs dizaines d'enfants gravement intoxiqués en France par des pizzas surgelées de Nestlé

Les autorités sanitaires ont établi un lien entre des pizzas surgelées de la marque Buitoni, du groupe Nestlé, et plusieurs cas graves de contamination par la bactérie Escherichia coli, alors que des dizaines d'enfants sont tombés malades en France, et que deux sont morts.

La Libre Eco avec AFP

La France connaît depuis fin février une recrudescence de cas de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) liés à une contamination à E. coli. Ces cas, qui provoquent une insuffisance rénale, se manifestent chez les enfants.

Selon Santé Publique France, 75 cas sont en cours d'investigation à la date de ce mercredi, dont 41 pour lesquels des syndromes hémolytiques et urémiques "similaires" ont été identifiés, et 34 pour lesquels des analyses supplémentaires sont en cours. Les enfants malades sont âgés de 1 à 18 ans.

Deux enfants sont décédés, même si le lien avec les pizzas n'a pas été confirmé dans leurs deux cas.

12 régions concernées

Des analyses confirment "un lien entre plusieurs cas et la consommation de pizzas surgelées de la gamme Fraîch'Up de la marque Buitoni contaminées par des bactéries Escherichia coli", a annoncé dans un communiqué la Direction générale de la Santé, qui dépend du gouvernement, alors qu'un rappel massif de ces pizzas a été lancé il y a deux semaines.

"Aujourd'hui on ne comprend pas ce qui a pu arriver, mais nous allons développer un protocole d'analyse que nous allons soumettre aux autorités", dit de son côté Jérôme Jaton, directeur général industriel de Nestlé, lors d'une conférence de presse mercredi."Je suis de tout cœuravec ces familles qui ont des cas d'intoxication, souvent avec de jeunes enfants", a-t-il ajouté, en rappelant qu'un numéro vert était mis en place (0800 22 32 42).

Les cas sont survenus dans 12 régions de France métropolitaine: Hauts-de-France (16 cas), Nouvelle Aquitaine (11 cas), Pays de la Loire (10 cas), Ile-de-France (9 cas), Bretagne (7 cas), Grand Est (5 cas), Auvergne-Rhône-Alpes (4 cas), Centre Val-de-Loire (4 cas), Provence-Alpes-Côte d'Azur (3 cas), Bourgogne Franche-Comté (2 cas), Normandie (2 cas) et Occitanie (2 cas).

Jusqu'à maintenant, les autorités sanitaires estimaient qu'il y avait un lien "possible" entre ces contaminations et les pizzas de la gamme Fraîch'Up. Sans attendre, elles avaient lancé le rappel des pizzas mi-mars, demandant aux consommateurs de les détruire s'ils en avaient dans leurs congélateurs.

Désormais, le lien est confirmé avec certaines contaminations.

Nestlé prêt à se remettre en cause

Depuis le 18 mars, Nestlé a fermé deux lignes de production de son usine près de Caudry (Nord) afin de procéder à des analyses, a expliqué Jérôme Jaton.

"Nous n'avons aucune information sur les liens entre les pizzas et les personnes contaminées", affirme le directeur général chargé de la communication de Nestlé France, Pierre-Alexandre Teulié."Nous sommes prêts à nous remettre totalement en cause sur les causes potentielles", assure Jérôme Jaton, qui n'exclut pas une contamination au niveau de la pâte à pizza.

La gamme de pizzas Fraîch'Up se décline en neuf goûts. Nestlé affirme produire entre 100 et 150.000 pizzas par semaine.

Les autorités de santé rappellent la nécessité de consulter un médecin en cas d'apparition, dans les dix jours après la consommation de la pizza, de diarrhées, de douleurs abdominales ou de vomissements.

La consultation s'impose aussi si, dans les 15 jours, apparaissent des signes de grande fatigue, de pâleur, ou une diminution du volume des urines, qui deviennent plus foncées.

"En l'absence de symptômes dans les 15 jours suivant la consommation, il est également rappelé qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter", explique la DGS.