Des cas de salmonelle dans des produits Kinder : les infections se multiplient en Europe, l'Afsca met la pression sur Ferrero

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a indiqué mardi que l'entreprise Ferrero devra prendre ses responsabilités concernant la présence de salmonelle dans plusieurs produits Kinder. En Europe, près de 125 cas d'infection ont été détectés.

P.D.-D. (avec Belga)
Des cas de salmonelle dans des produits Kinder : les infections se multiplient en Europe, l'Afsca met la pression sur Ferrero
©DEMOULIN BERNARD

Ils ont été produits dans l’usine belge d’Arlon, qui a l’exclusivité de cette gamme pour le monde entier, selon le site du fabricant.

C’est le genre de publicité dont tout fabricant de chocolat se passerait bien à l’approche de Pâques, la plus propice des périodes pour de tels achats : plus d’une centaine de cas d’infection à la salmonelle ont jusqu’à présent été détectés en Europe et une vingtaine en Belgique à la suite de la consommation de produits de la marque Kinder fabriqués selon toute vraisemblance dans l’usine d’Arlon du fabricant italien Ferrero.

C'est l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) qui a tiré la sonnette d'alarme lundi en fin de journée, appelant les consommateurs à ne pas consommer certains produits chocolatés de la marque Ferrero "liés à un foyer de salmonelle dans plusieurs pays européens". En cause : deux déclinaisons de Kinder Surprise, des Kinder Surprise Maxi, des Schoko Bons ou encore des Kinder Mini Eggs avec des dates de péremption bien spécifiques.

Le site d'Arlon, qui occupe environ 750 personnes, produit justement "en exclusivité pour le monde entier les Kinder Schoko-Bons". D'où une vague d'infections à l'échelle européenne.

Depuis lors, les cas répertoriés se sont multipliés, notamment en Grande-Bretagne où les personnes atteintes d'infection sont sans surprise de jeunes enfants, le public cible de ces produits Ferrero. "Les symptômes possibles de l'infection alimentaire par la salmonellose sont la fièvre, les crampes abdominales et la diarrhée dans les 6 à 72 heures suivant la consommation de l'aliment infecté", a précisé l'Afsca, qui a recensé jusqu'à présent quelque 25 cas suspects.

Le site de Ferrero Belgique reste muet

Près de 24 heures après le rappel de ses produits par l'Afsca, le site officiel de Ferrero Belgique restait muet sur cette problématique et le service consommateurs était injoignable. "Cela ne va pas", a pointé Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de l'Afsca. L'Agence a inspecté la chaîne de production arlonaise pour déterminer avec certitude l'origine de la contamination.

En France, Ferrero a effectué le rappel de centaines de tonnes de chocolats, par mesure de précaution, assurant "qu'aucun de nos produits Kinder mis sur le marché français n'a été testé positif à la salmonelle".

Cette flambée de cas d'infections liée à la consommation de produits d'un géant du secteur agroalimentaire (Ferrero produit aussi Nutella, Mon Chéri et bien entendu les pralines du même nom) intervient peu de temps après les contaminations par la bactérie Escherichia colis à la suite de la consommation de pizzas Fraich'Up de la marque Buitoni (groupe Nestlé) fabriquées dans le nord de la France pour le marché hexagonal essentiellement. En Belgique, où la chaîne Leader Price avait rappelé les pizzas concernées, "aucun cas de contamination humaine n'a été recensé", avait précisé fin mars l'Afsca.

Deux enfants sont décédés, mais le lien avec la consommation des pizzas incriminées n’a pas été établi. Le parquet de Paris a toutefois annoncé avoir ouvert une enquête notamment pour blessures et homicides involontaires.