MOSC, une appli pour comparer les prix des articles en ligne en quasi temps réel

En dotant le consommateur en ligne d’un panier d’achat unique, l’application MOSC l’aide à faire des choix éclairés.

L'application est 100 % indépendante des sites d’e-commerce, assure son créateur Mathieu Guffens.
L'application est 100 % indépendante des sites d’e-commerce, assure son créateur Mathieu Guffens.

La start-up de la semaine |

Alors que le pouvoir d'achat des Belges est soumis à rude épreuve pour cause d'inflation galopante, la transparence sur les prix de vente des biens de consommation et leur évolution dans le temps devient précieuse. Ces prix sont rarement figés. Ils fluctuent, à la hausse comme à la baisse d'ailleurs, et les variations peuvent parfois être importantes, en particulier sur les plateformes de commerce en ligne. "Récemment, on a constaté que le prix d'un ordinateur portable vendu sur Amazon avait baissé de 250 euros en l'espace d'un mois", raconte Mathieu Guffens, entrepreneur liégeois de 33 ans. Le tout, pour ceux qui veulent profiter des bonnes affaires, est d'en être informé.

"Ayant travaillé dans l'e-commerce dans le passé, j'avais déjà constaté que les prix en ligne varient plus souvent qu'on le pense. En créant l'application MOSC (acronyme de "Mobile Online Shopping Cart", NdlR), j'ai voulu mettre à disposition des consommateurs un outil leur permettant d'accéder à cette information." L'application, qui "scrape" déjà les prix d'articles présents sur plus de 1 000 commerces en ligne, a pu chiffrer cette volatilité. MOSC, dont la nouvelle version a été lancée au début avril, a mis en évidence que des produits avaient changé 15 fois de prix en 1 mois sur certains e-shops !

Un seul panier d’achat

Traditionnellement, quand un consommateur se rend dans une boutique en ligne, il se voit proposer de créer un "panier" pour y placer les articles qui l’intéressent. Mais, avant d’acheter, il se rend souvent sur d’autres e-shops pour voir si un même article n’est pas moins cher… Et, là encore, il va pouvoir se doter de paniers d’achats. Ainsi, à force de naviguer sur différentes plateformes, les paniers peuvent s’accumuler et rendre le processus d’achat laborieux pour le consommateur.

L’idée innovante de MOSC a été, avant tout, de permettre aux utilisateurs de l’application de n’avoir qu’un seul panier. Autrement dit, tous les articles qui intéressent l’utilisateur seront placés dans un panier unique, et ce, indépendamment des sites d’e-commerce où ils sont vendus. Cette centralisation a notamment l’avantage de pouvoir comparer plus facilement les prix d’articles identiques ou comparables. Mais MOSC va plus loin puisque, dès qu’un article est ajouté au panier, il va être suivi quotidiennement afin de repérer les modifications de prix. Si ce prix est abaissé, l’utilisateur en est informé (quasi) instantanément par l’envoi d’une notification. À lui de juger, au regard de l’historique des prix de l’article recherché, s’il est opportun d’attendre ou de finaliser l’achat.

Modèle "freemium"

La base de données des articles suivis au quotidien par MOSC est alimentée par la communauté des utilisateurs (l'application compte déjà, par le simple bouche-à-oreille, plus de 10 000 téléchargements en Belgique et en France). Le millier d'e-shops couvert par l'app intègre aussi bien des plateformes connues (Zalando, Amazon, Coolblue, Decathlon…) que des sites plus locaux. "Il s'agit d'articles ayant déjà une certaine valeur, précise Mathieu Guffens, comme des chaussures, des vêtements, des smartphones, etc."Mais tout utilisateur peut suggérer l'ajout d'un e-shop qu'il juge utile.

MOSC est un projet 100 % indépendant des sites d'e-commerce, insiste encore Mathieu Guffens. Le seul but est d'informer les consommateurs pour leur permettre de faire des choix plus éclairés. L'application est gratuite jusqu'à cinq articles par panier MOSC. Si l'utilisateur veut suivre plus de 5 articles, il devra payer un abonnement trimestriel de 6,99 euros. Actuellement, MOSC se focalise principalement sur les marchés belge et français, mais la start-up liégeoise pourrait s'intéresser, à terme, à d'autres pays (Grande-Bretagne, Pays-Bas…). "Notre priorité est, avant tout, de faire connaître davantage MOSC et d'améliorer sans cesse l'expérience des utilisateurs."

En quelques chiffres

Société :L'application mobile MOSC a été créée en 2020 par Mathieu Guffens.

Investisseurs : Fonds propres.

Site :https://www.mosc-fr.app/ MOSC est à télécharger sur Google Play Store ou l'Apple Store.

Particularité : MOSC fait partie des premières start-up à avoir rejoint, en début d'année, la Grand Poste de Liège et l'accélérateur Start it @CBC.

Sur le même sujet