Invasion de l'Ukraine : le groupe chimique BASF réduit ses activités en Russie tandis que le géant chinois DJI se retire

DJI devient l'une des rares entreprises chinoises à prendre publiquement une telle initiative.

Avec plus de la moitié des parts de marchés mondiales, DJI est de loin le premier fabricant mondial de drones grand public, utilisés par des amateurs comme des professionnels.
Avec plus de la moitié des parts de marchés mondiales, DJI est de loin le premier fabricant mondial de drones grand public, utilisés par des amateurs comme des professionnels. ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le leader mondial des drones grand public, DJI a annoncé "suspendre" ses activités commerciales en Russie et en Ukraine, devenant l'une des rares entreprises chinoises à prendre publiquement une telle initiative. Proche partenaire diplomatique de Moscou, Pékin est embarrassé par l'invasion russe de l'Ukraine, mais a jusqu'ici refusé de la condamner, plaçant les compagnies chinoises dans une situation inconfortable.

La Russie est frappée par de nombreuses sanctions économiques en raison de la guerre et plusieurs multinationales occidentales se sont retirées du pays.

Le vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov avait écrit une lettre le mois dernier à DJI, dans laquelle il accusait l'armée russe d'utiliser des "produits" de l'entreprise pour viser les civils. "Nous demandons à votre entreprise de mettre fin à toute relation et de cesser de faire des affaires en Fédération de Russie", avait indiqué M. Fedorov dans ce courrier qu'il avait rendu public sur Twitter. "Bloquez vos produits qui aident la Russie à tuer les Ukrainiens !", avait-il ensuite tweeté.

L'entreprise chinoise a répondu mardi dans un communiqué. "DJI réévalue actuellement en interne les exigences de conformité dans diverses juridictions", a-t-elle indiqué. "Dans l'attente de ce réexamen, DJI va suspendre temporairement toutes ses activités commerciales en Russie et en Ukraine."

Détournements des produits DJI

La semaine dernière, l'entreprise chinoise avait fustigé les détournements militaires de ses produits. "DJI n'a jamais fabriqué que des produits à usage civil", avait-elle indiqué. "DJI s'est toujours opposé sans équivoque aux tentatives de fixation d'armes sur ses produits" et "a refusé de personnaliser ou d'autoriser des modifications qui permettraient à nos produits d'être utilisés à des fins militaires", avait-elle souligné.

Mykhailo Fedorov citait notamment dans sa lettre le système AeroScope de DJI, qui permet d'identifier et de localiser des drones et leurs pilotes à distance. Il est normalement utilisé par des clients institutionnels afin de sécuriser des aéroports, des centrales nucléaires et des installations gouvernementales, selon l'entreprise. Mais l'Ukraine accuse l'armée russe de s'en servir pour localiser les drones ukrainiens et leurs pilotes afin de pouvoir les cibler à l'aide de missiles.

Mykhailo Fedorov demandait également à l'entreprise chinoise de désactiver tous les produits DJI fonctionnant en Ukraine mais ayant été activés ailleurs - notamment en Russie.

Avec plus de la moitié des parts de marchés mondiales, DJI est de loin le premier fabricant mondial de drones grand public, utilisés par des amateurs comme des professionnels.

BASF va réduire ses activités en Russie à peau de chagrin

BASF va réduire fortement ses activités en Russie et en Biélorussie, en raison de l'invasion russe de l'Ukraine et du soutien apporté par Minsk à Moscou, a annoncé mercredi le géant allemand de la chimie. BASF avait déjà décidé début mars de ne plus développer de nouvelles activités en Russie et en Biélorussie. Le groupe chimique va donc maintenant un pas plus loin en y cessant, d'ici juillet prochain, pratiquement toutes ses activités. Il y maintiendra seulement les opérations de soutien au secteur de la production alimentaire "car la guerre risque de déclencher une crise alimentaire mondiale."

Actuellement, BASF emploie 684 personnes en Russie et en Biélorussie. Le groupe soutiendra son personnel dans les deux pays jusqu'à la fin de l'année 2022. La Russie et la Biélorussie représentaient l'an dernier à peine 1 % du chiffre d'affaires total de BASF.

Sur le même sujet