L'accord sur l'Air Force One avec Donald Trump ? "Des risques que Boeing n'aurait pas dû prendre"

Boeing a accepté un prix fixe de 3,9 milliards de dollars. Une mauvaise décision selon son patron actuel.

L'accord sur l'Air Force One avec Donald Trump ? "Des risques que Boeing n'aurait pas dû prendre"
©AFP/BELGA

C'est le média américain CNN qui relaie les propos du PDG de Boeing, Dave Calhoun. Mercredi, ce dernier a estimé que l'accord que son prédécesseur a négocié avec le président de l'époque, Donald Trump, pour construire la prochaine génération d'Air Force One, était inhabituel. Un cas unique qu'il espère ne pas reproduire. En 2018, Boeing est parvenu à un accord avec le 45ème président des Etats-Unis pour développer et construire deux nouveaux avions Air Force One pour un prix fixe de 3,9 milliards de dollars.

Dave Calhoun a fait ce commentaire lors d'une conférence téléphonique durant laquelle il discutait les résultats du premier trimestre de la société en 2022. "Air Force One, je vais juste dire que c'était un moment très unique. Une négociation très unique. Un ensemble très unique de risques que Boeing n'aurait probablement pas dû prendre", a déclaré le patron.

Prix fixe

Depuis ce deal, Boeing a rencontré des problèmes et des coûts plus élevés qui menacent de retarder la livraison des deux jets jusqu'à la fin de 2026, soit environ deux ans plus tard que ce que l'entreprise avait promis.

Lorsque Boeing a conclu cet accord en 2018, Trump critiquait publiquement les coûts de la précédente commande passée avec l'entreprise. Il écrivait purement et simplement: "Annulez la commande !". Des commentaires qui ont eu lieu au milieu de la rhétorique dure de Trump sur la Chine qui mettait à mal Boeing et d'autres exportateurs américains.

Le PDG a donc récemment promis aux investisseurs "une philosophie très différente" de la fixation à l'avance du prix des projets militaires.