“Ryanair commet un délit économique s’il empêche délibérément les consommateurs de faire appel à leurs droits”

Selon la secrétaire d’État, Eva De Bleeker (Open VLD), la compagnie refuse d’indemniser des passagers.

“Ryanair commet un délit économique s’il empêche délibérément les consommateurs de faire appel à leurs droits”
©BAUWERAERTS DIDIER
R. Meu.

La secrétaire d’État à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker (Open VLD), a demandé à l’Inspection économique de prendre contact avec les autorités irlandaises afin qu’elles entreprennent des démarches visant Ryanair, a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué.

Comme l'avait déjà rappelé Mme De Bleeker, les consommateurs qui ont acheté un billet d'avion pour l'un des vols annulés en raison de la grève chez Ryanair la semaine dernière dans les aéroports de Bruxelles et Charleroi ont droit à un autre vol ou à un remboursement et une indemnisation. Mais la secrétaire d'État le constate amèrement : de nombreux voyageurs se plaignent du fait que Ryanair s'oppose à ces demandes d'indemnisation. "C'est inadmissible, s'insurge l'élue libérale flamande. Si les entreprises rendent délibérément difficile l'exercice d'un droit légal ou contractuel, il s'agit d'une pratique commerciale déloyale pour laquelle le Code de droit économique prévoit des sanctions pénales."

Eva De Bleeker demande donc à l’Inspection économique d’enquêter sur cette situation et d’en informer les autorités irlandaises.

La secrétaire d'État conseille également aux consommateurs qui sont (délibérément) empêchés de réclamer leur indemnisation de contacter l'Inspection économique. Cela peut se faire par le biais d'un signalement sur pointdecontact.belgique.be.

"Il est inacceptable que les consommateurs soient victimes une deuxième fois dans cette histoire, poursuit la secrétaire d'État dans son communiqué. Les règles sont claires : les vols annulés en raison de la récente grève du personnel donnent droit à un remboursement et une indemnisation. Ryanair commet un délit économique s'il empêche délibérément les consommateurs de faire appel à leurs droits".

Sur le même sujet