L'ancien patron de Ferrari prend le volant d'Aston Martin

L'Italien Amedeo Felisa remplace ainsi l'Allemand Tobias Moers qui était arrivé en mai 2020 après des années passées chez Mercedes.

Amedeo Felisa a été actif pendant 26 ans chez Ferrari, dont huit années passées au poste de CEO de la marque au cheval cabré.
Amedeo Felisa a été actif pendant 26 ans chez Ferrari, dont huit années passées au poste de CEO de la marque au cheval cabré. ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

L'Italien Amedeo Felisa, ancien patron de Ferrari, a été nommé CEO du constructeur automobile britannique Aston Martin Llagonda, a annoncé ce dernier mercredi. Il remplace l'Allemand Tobias Moers qui était arrivé en mai 2020 après des années passées chez Mercedes. Amedeo Felisa a été actif pendant 26 ans chez Ferrari, dont huit années passées au poste de CEO de la marque au cheval cabré.

Le conseil d'administration d'Aston Martin a également nommé un ancien de Ferrari à un poste-clef puisque Roberto Fedeli deviendra dès le 1er juin directeur technique (Chief Technical Officer, CTO) de la marque britannique chère à James Bond.

Aston Martin a par ailleurs publié mercredi ses résultats pour le premier trimestre. Son chiffre d'affaires est en hausse de 4 %, à 232,7 millions de livres, malgré un nombre de voitures vendues en recul de 14 % : 1.168 contre 1 353 vendues lors des trois premiers mois de 2021.

Si Aston Martin Lagonda est parvenu à améliorer son ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de 18 %, à 24,4 millions de livres, ses pertes opérationnelles et avant impôts se creusent fortement, à respectivement -47,7 et -111,6 millions de livres.

La marque de voitures de luxe, reprise en main par le milliardaire canadien Lawrence Stroll, qui en est devenu le président et premier actionnaire, table sur des ventes de plus de 6 600 bolides en 2022. Pour 2024-2025, Aston Martin vise toujours des ventes de 2 milliards de livres par an et un ebitda ajusté de 500 millions de livres.

Il faudra s'armer de patience pour acheter une Ferrari

Ferrari ressort d'une année 2021 record et a entamé 2022 pied au plancher. La plupart des modèles ont été écoulés et une bonne partie du carnet de commandes de l'année est déjà remplie, a fait savoir le directeur Benedetto Vigna à l'occasion de la publication des résultats trimestriels de la marque au cheval cabré. Les ventes de Ferrari ont augmenté sur les trois premiers mois de l'année, ainsi que les bénéfices de l'entreprise. En 2021, 11 155 Ferrari avaient été livrées, en hausse de 22,3 % sur 2020 mais aussi de 10,1 % par rapport à 2019. "Bien que 2022 soit marquée par plusieurs incertitudes géopolitiques, je reste optimiste quant aux prévisions de notre entreprise", commente M. Vigna.

Les résultats du premier trimestre sont conformes à ces prévisions. L'entreprise italienne a écoulé 3 200 voitures, une hausse de 17 % sur base annuelle. Le bénéfice net a augmenté de 16 %, à 239 millions d'euros. Les modèles les plus prisés étaient la Ferrari Roma et la gamme SF90. Un véhicule vendu sur six environ était doté d'une motorisation hybride.

Sur le même sujet