Après le Brexit, les entreprises alimentaires belges et britanniques restent partenaires privilégiés : "Nous avons besoin de l'industrie belge"

Les entreprises belges ont déjà bien digéré la première phase du Brexit.

La Libre Eco avec Belga
Après le Brexit, les entreprises alimentaires belges et britanniques restent partenaires privilégiés : "Nous avons besoin de l'industrie belge"
©Shutterstock

Les secteurs alimentaires belge et britannique resteront des partenaires fidèles même après le Brexit. Ils l'ont confirmé lundi lors de la mission économique au Royaume-Uni, à l'occasion d'un événement de la Fevia, la fédération de l'industrie alimentaire.

Les entreprises belges ont déjà bien digéré la première phase du Brexit. Les exportations belges de produits alimentaires et de boissons vers le Royaume-Uni ont augmenté de 33 % par rapport à 2019. Maintenant que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne, il est la première destination d'exportation à l'étranger pour les produits alimentaires et les boissons belges, représentant 10 % des exportations et un chiffre d'affaires de 2,89 milliards d'euros en 2022. Les boissons en particulier ont connu une forte croissance l'année dernière, et les fruits et légumes préparés - notamment les frites belges - et nos céréales et produits laitiers sont également très demandés.

Selon la Fevia, le fait que les entreprises aient bien traversé le Brexit est en partie dû aux campagnes de sensibilisation intensives des autorités gouvernementales compétentes. Par exemple, depuis le 1er janvier 2021, les entreprises alimentaires qui exportent vers le Royaume-Uni doivent faire des déclarations en douane. Certains produits végétaux et sous-produits animaux doivent également déjà être notifiés dans le cadre du système britannique de sécurité alimentaire.

D'autres exigences et contrôles à l'importation suivront plus tard, mais le 28 avril, le gouvernement britannique a décidé de les reporter jusqu'à la mise en place d'une "frontière numérique". "Nous sommes impatients de travailler avec les autorités des deux côtés de la Manche pour préparer cette prochaine phase", a déclaré le Premier ministre flamand Jan Jambon (N-VA). Il rencontrera ce mardi le responsable sanitaire du poste frontière d'Ashford et d'autres représentants du secteur alimentaire pour discuter de cette question.

Opportunités pour l'avenir

Les entreprises alimentaires britanniques se réjouissent également de la coopération avec la Belgique. Par exemple, la Belgique est le septième plus grand marché d'importation de produits alimentaires pour le Royaume-Uni. "Nous avons besoin de l'industrie belge, ce qui est devenu encore plus évident après la crise du coronavirus", déclare Dominic Goudie, responsable du commerce international à la Food and Drink Federation. Le secteur voit également des opportunités pour l'avenir. Ainsi, les exportations britanniques vers l'Union européenne se sont redressées au cours des premiers mois de l'année.

Le ministre de l'énergie, Tinne Van der Straeten, souligne également que "l'industrie alimentaire belge offre une valeur ajoutée au marché britannique". Non seulement les produits sont de grande qualité, mais nos entreprises proposent également des solutions en matière de gaspillage alimentaire, de recyclage des emballages et d'efficacité énergétique.

Pour promouvoir encore davantage les produits belges au Royaume-Uni, Fevia, l'agence de marketing Green Seed UK et l'importateur britannique Buckley & Beale signeront plus tard cette semaine une lettre d'intention avec Ocado concernant le lancement de la page web "Best of Belgium" sur son site Ocado, le plus grand détaillant en ligne. Au départ, 50 produits d'entreprises alimentaires belges y seront en vente, sous la devise "Food.be - Small country. Good food".

Sur le même sujet