Elon Musk aurait-il communiqué trop tard sa prise de participation dans Twitter ?

Selon le Wall Street Journal, l'institution cherche à savoir si le milliardaire l'a déclarée trop tard.

La Libre Eco avec Belga
Elon Musk aurait-il communiqué trop tard sa prise de participation dans Twitter ?
©Belga Image

Le gendarme boursier américain, la Securities and Exchange Commission (SEC), enquête sur la notification par le patron de Tesla, Elon Musk, de sa participation importante dans Twitter en avril. Selon le Wall Street Journal, elle cherche à savoir si le milliardaire l'a déclarée trop tard. Entre-temps, celui qui est aussi patron de Space X a déjà négocié un rachat de Twitter à hauteur de 44 milliards de dollars (42 milliards d'euros). Elon Musk avait indiqué le 4 avril détenir une participation de plus de 9 % dans Twitter. C'est une semaine plus tard que ce que le règlement permet. Si un investisseur a une participation de plus de 5 % dans une entreprise, il doit le signifier à la SEC dans les dix jours. Le milliardaire américain se serait donc manifesté trop tard, d'après le WSJ. Cette notification est nécessaire pour que les autres actionnaires sachent qu'un gros actionnaire peut éventuellement prendre le contrôle d'une société.

En outre, le patron de Tesla aurait déclaré cette participation en utilisant un formulaire d'investissement passif. Cela signifie que l'intention n'est pas de prendre le contrôle d'une société ni pour un actionnaire d'exercer une influence sur la gestion d'une société.

La SEC n'a pas souhaité faire de commentaire au Wall Street Journal, tandis que l'avocat d'Elon Musk n'a pas pu être joint immédiatement pour répondre aux questions.

Une enquête du gendarme boursier ne signifie pas nécessairement qu'une action sera entreprise.

Le patron de Space X a déjà eu de fréquents démêlés avec la SEC, notamment en raison de ses tweets sur le financement du retrait de la cote de Tesla. L'organisme a donc exigé qu'il fasse vérifier à l'avance par des avocats les messages Twitter susceptibles d'influencer le cours de l'action Tesla. Ce qui déplait à Elon Musk. Il estime en effet que le régulateur limite sa liberté d'expression.

Sur le même sujet