Le bénéfice net de KBC divisé par deux en Belgique

Le résultat est toutefois stable hors taxes bancaires.

La Libre Eco avec Belga
Le bénéfice net de KBC divisé par deux en Belgique
©Shutterstock

La banque KBC a enregistré un résultat net de 458 millions d'euros au 1er trimestre de l'année, indique-t-elle jeudi. Il s'agit d'une baisse de 30 % par rapport au trimestre précédent, et de 17,7 % sur base annuelle. Pour KBC, c'est une "excellente performance" compte tenu des taxes bancaires qui sont comptabilisées au début de l'année. Le résultat est aussi au-dessus des attentes des analystes.

En Belgique, KBC a dégagé un bénéfice net divisé par deux par rapport au trimestre précédent, à 227 millions d'euros (-40 % par rapport au 1er trimestre 2021). Le résultat est toutefois stable hors taxes bancaires. En République tchèque, KBC est parvenu à améliorer son résultat, à 207 millions d'euros (+5 % par rapport au trimestre précédent).

Le chiffre d'affaires du groupe bancaire s'est hissé à 2,1 milliards d'euros, en hausse tant sur base annuelle que par rapport au trimestre précédent, notamment grâce à une hausse des taux d'intérêt en République tchèque.

Le trimestre sous revue a été marqué par la comptabilisation d'une prime extraordinaire destinée au personnel. Cette prime s'élevait à 1.000 euros brut et était destinée à récompenser les collaborateurs des résultats engrangés pendant la crise du coronavirus.

Même avec une faible exposition directe au conflit ukrainien, KBC explique avoir dégagé une provision destinée à couvrir les "risques géopolitiques et émergents". Le montant de ces réserves dédiées à la crise du coronavirus ainsi qu'aux risques géopolitiques s'élève désormais à 273 millions d'euros.

Pour la suite de l'année, KBC prévoit que ses performances financières seront affectées par les chocs macroéconomiques et la volatilité des marchés qui découlent de l'invasion russe en Ukraine. La banque s'attend à des coûts plus élevés, sous l'effet de la forte accélération de l'inflation et de la prime exceptionnelle versée au personnel. Le total des revenus (y compris les revenus nets d'intérêts) devrait toutefois bénéficier de la hausse des taux d'intérêt et du résultat "déjà excellent" du premier trimestre.

Selon le scénario de base, la différence entre la croissance des revenus et la croissance des coûts devrait se situer cette année au moins au même niveau que celui envisagé dans les prévisions antérieures pour l'ensemble de l'année 2022. KBC a précédemment indiqué viser un taux de croissance annuel "composé d'environ 4,5 % pour les revenus totaux et d'environ 1,5% pour les charges d'exploitation (hors taxes bancaires)".