Un groupe de télécoms émirati devient le premier actionnaire de Vodafone

Le groupe émirati Emirates Telecommunications Groupe Company (e&) parle d'un "investissement stratégique" et dit investir dans "Vodafone pour gagner une exposition importante à un leader mondial de la connectivité et des services numériques".

La Libre Eco avec AFP
L'action de Vodafone, qui publiera mardi ses résultats pour l'exercice décalé 2021/2022, gagnait 3,07 % à 121,44 pence vers 8H30 GMT à la Bourse de Londres.
L'action de Vodafone, qui publiera mardi ses résultats pour l'exercice décalé 2021/2022, gagnait 3,07 % à 121,44 pence vers 8H30 GMT à la Bourse de Londres. ©AFP

Le groupe britannique de téléphonie Vodafone a confirmé lundi la montée à près de 10 % de son capital par le groupe émirati Emirates Telecommunications Groupe Company (e&), qui devient son premier actionnaire. Dans un communiqué, Vodafone note que e&, contrôlée par l'État émirati, a pris 9,8 % de son capital. Il confirme ainsi l'annonce samedi par e& de son acquisition vendredi de 2.766 millions d'actions du groupe de téléphonie pour 4,4 milliards de dollars.

e& parle d'un "investissement stratégique" et dit investir dans "Vodafone pour gagner une exposition importante à un leader mondial de la connectivité et des services numériques". e& dit également vouloir être "un actionnaire de long terme dans Vodafone et ne pas chercher à contrôler ou influencer le conseil d'administration ou l'équipe dirigeante" et ne "pas avoir l'intention de faire une offre" sur la totalité du groupe.

Accueil favorable des investisseurs

L'action de Vodafone, qui publiera mardi ses résultats pour l'exercice décalé 2021/2022, gagnait 3,07 % à 121,44 pence vers 08H30 GMT à la Bourse de Londres.

"Des marchés financiers volatiles, une dette en hausse, la concurrence et la réglementation créent un ensemble de facteurs qui se conjuguent à l'encontre de Vodafone et ont pesé dernièrement sur son action", commente Victoria Scholar, analyste de Interactive investor.

"Depuis que le directeur général Nick Read a pris la tête de l'entreprise en octobre 2018, les actions de Vodafone sont en baisse d'environ un tiers et il a du mal à inspirer confiance aux investisseurs" mais la montée au capital d'e& "apporte un coup de fouet bienvenu à l'action", qui est en tête du FTSE-100 lundi, a-t-elle ajouté.

En février, Vodafone avait rejeté une offre à 11,25 milliards d'euros du Français Iliad/Free sur sa filiale italienne Vodafone Italia.