Le holding belge SFPI accroit sa participation dans Euroclear

La Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI) vient d'accroître sa participation, qui était de 3,07 %, dans Euroclear, acteur européen clé pour les échanges sur les marchés.

La Libre Eco avec Belga
Le siège bruxellois d'Euroclear, boulevard Albert II.
Euroclear, dont le siège est à Bruxelles (boulevard Albert II), est un acteur majeur en Europe dans la compensation, activité qui assure la sécurité et la bonne exécution des échanges sur les marchés. ©Isabelle Lesser

La Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI), le bras financier de l'Etat belge, vient d'accroître sa participation, qui était de 6,17 %, dans Euroclear, acteur européen clé pour les échanges sur les marchés. La maison-mère de la Bourse de New York (NYSE), Intercontinental Exchange (ICE), lui a en effet cédé 4,4 % des 9,85 % de sa participation. Le groupe public français Caisse des dépôts a, lui, annoncé mardi un accord pour l'acquisition des 5,4 % restants, pour 390 millions d'euros.

En mars dernier, BNP Paribas avait conclu avec la SFPI un accord de vente de sa participation de 3,62 % au capital d'Euroclear, dont 3,09 % sont issus de la filiale belge BNP Paribas Fortis. Celle-ci s'est donc entièrement retirée de l'actionnariat de cet acteur majeur en Europe dans la compensation, activité qui assure la sécurité et la bonne exécution des échanges sur les marchés.

Grâce à ces deux opérations, le bras financier de l'Etat belge devient le deuxième plus grand actionnaire d'Euroclear, avec 11,13 % des parts, derrière Sicovam Holding (15,89 %), la société interprofessionnelle pour la compensation des valeurs mobilières qui avait fusionné avec Euroclear en 2001, écrit L'Echo.

Selon le communiqué de la Caisse des dépôts, Euroclear, dont le siège se trouve à Bruxelles, a "dénoué 295 millions de transactions domestiques et transfrontières et gérait 37.600 milliards d'euros d'actifs pour le compte de ses clients à fin 2021".

La Caisse des dépôts, qui centralise une large part de l'épargne réglementée des Français et se présente comme le quatrième investisseur institutionnel français, précise vouloir "soutenir la stabilité et l'ancrage européen" d'Euroclear "au service du financement de l'économie française et européenne".

Elle a demandé à intégrer le conseil d'administration d'Euroclear après la réalisation de la transaction.