Une nouvelle grève est annoncée chez Ryanair en Belgique du 24 au 26 juin inclus

C’était la réunion de la dernière chance. Elle a échoué.

D’après les syndicats, le personnel est à bout. “Plus personne ne veut faire carrière chez Ryanair."
D’après les syndicats, le personnel est à bout. “Plus personne ne veut faire carrière chez Ryanair." ©Shutterstock

Ce vendredi, les syndicats belges de Ryanair ont décidé de lancer un appel à la grève entre le 24 et le 26 juin inclus. Ces derniers rejoignent ainsi le mouvement du personnel de bord espagnol et portugais de la compagnie à bas prix qui feront grève à ces mêmes dates. "Nous avons négocié jusqu'au bout mais Ryanair reste sur sa position : la direction ne veut pas payer le salaire minimum légal en Belgique", annonce Didier Lebbe, représentant de la CNE, la centrale nationale des employés du syndicat chrétien. "Ce n'est évidemment plus possible pour nous et nous n'avons donc d'autre choix que d'annoncer ce mouvement de grève. On ne demande pourtant pas la lune mais simplement que Ryanair respecte la législation belge".

Respecter la législation belge

On est donc reparti pour un tour après les arrêts de travail du personnel de la compagnie irlandaise aux aéroports de Bruxelles et Charleroi en avril dernier. Cet appel à la grève devrait être d'autant plus suivi que, cette fois-ci, les pilotes pourraient accompagner l'action du personnel de bord. "La conciliation au ministère du travail a échoué ", rappellait récemment Alain Vanalderweireldt, le président de la Beca, l'association belge des pilotes de ligne. "Ce n'est plus possible. Encore récemment, Ryanair a envoyé des lettres individuelles de mise en garde suivies de procédures disciplinaires à des pilotes sous certificat médical que la compagnie juge 'trop souvent malades'."

L'un des griefs récurrents des syndicats est l'absence d'un service de ressources humaines en Belgique. "Les fiches de salaires ne sont pas correctement établies, ce qui génère de la confusion et des erreurs dans les versements", poursuit Alain Vanalderweireldt. "Quand un membre du personnel a un problème, il doit téléphoner en Irlande et on tombe sur quelqu'un qui ne connaît pas la législation belge", développe Didier Lebbe. "Ryanair ne respecte rien dans les négociations sociales qui se font dans les bureaux de leurs avocats."

D'après les syndicats, le personnel est à bout. "Plus personne ne veut faire carrière chez Ryanair", insiste le permanent de la CNE. "En Belgique, il n'y a que trois membres du personnel de bord qui ont plus de 45 ans dans l'entreprise. Sur les 400 hôtesses et stewards basés en Belgique, on ne dénombre que deux Belges. Ryanair va chercher son personnel dans les pays les plus pauvres, en Europe de l'Est ou certaines régions du sud de l'Europe et leur fait miroiter un job de rêve." De passage à Bruxelles mardi, le patron du groupe irlandais, Michael O'Leary, avait averti qu'il ne ferait "aucune concession" aux syndicats sous la menace de cette grève. D'après nos informations, le dirigeant aurait tout de même fait un "geste" envers son personnel de bord basé en Belgique. Ces derniers auront droit à une bouteille d'un demi-litre d'eau gratuite par vol, mais seulement durant cet été. "La direction nous a spécifié que ce don d'une bouteille était à titre d'essai. C'est la seule ouverture qu'ils nous ont proposée", s'insurge Didier.Lebbe. Après les hôtesses et stewards devront à nouveau payer 3 euros, le prix commercial d'une bouteille d'eau dans les avions de la compagnie irlandaise, pour pouvoir se désaltérer.

"Ryanair a négocié des conventions collectives (CCT) couvrant 90 % de notre personnel en Europe, se défend la compagnie irlandaise. Ces derniers mois, nous avons négocié des améliorations à ces conventions alors que nous travaillons dans la phase de reprise post-Covid. Ces négociations se déroulent bien et nous ne prévoyons pas de perturbations généralisées cet été".

"Les affirmations de la CNE / ACV PULS sont fausses. Ryanair se conforme pleinement à la loi belge", affirme le transporteur low-cost.. La CNE / ACV PULS devrait négocier avec Ryanair pour apporter des améliorations au lieu de faire de fausses déclarations et de proférer des menaces pour perturber inutilement les plans de voyage de nos clients belges".

Pour rappel, le personnel de Brussels Airlines a lui aussi annoncé une grève les 23, 24 et 25 juin.

Sur le même sujet