Ryanair et Brussels Airlines annoncent l'annulation de plusieurs centaines de vols entre le 23 et le 26 juin

Des mouvements de grève coordonnés vont toucher Ryanair, Brussels Airlines mais également EasyJet dans les jours à venir, voire durant l'été.

La Libre Eco avec Belga

Ryanair commence à annuler des vols prévus ce week-end alors que les pilotes et le personnel de cabine basés en Belgique de la compagnie aérienne à bas coûts sont appelés à se croiser les bras du 24 au 26 juin, indique Didier Lebbe, secrétaire permanent de la CNE. Sur base des informations que les syndicats ont pu récolter auprès de leurs affiliés, environ 80 vols, départs et arrivées combinés, devraient être annulés à l'aéroport de Charleroi vendredi 24 juin et samedi 25 juin. Aucune information n'était encore disponible pour le dimanche 26 juin.

Selon une porte-parole de Brussels Airport, 45 vols au départ et 45 vols à l'arrivée sont prévus pour l'aéroport de Zaventem sur l'ensemble des trois jours de grève, soit quinze par jour.

Les pilotes et le personnel de cabine de Ryanair feront grève du 24 au 26 juin pour réclamer le respect du droit du travail belge avec la garantie d'un salaire minimum pour tous. Des membres du personnel de la compagnie irlandaise basés dans d'autres pays européens feront également grève, en Espagne (du 24 juin au 2 juillet), au Portugal (24 au 26 juin), en France (25 et 26 juin) et en Italie (25 juin).

Annulations massives chez Brussels Airlines également

Brussels Airlines n'est pas épargné puisqu'en parallèle, plus de 300 vols ont été annulés en raison du mouvement de grève prévu au sein de la compagnie de jeudi à samedi inclus.

En raison de cette grève des pilotes et du personnel navigant, la compagnie ne pourra assurer qu'"environ 40 % du programme de vols initial", a-t-elle précisé."Les annulations représentent environ 315 vols, dont 38 long-courriers, et touchent près de 40 000 passagers", a détaillé Brussels Airlines dans un communiqué.

"Les passagers concernés ont été avertis et se sont vu proposer une alternative. S'ils préfèrent ne pas voyager, on peut leur proposer un remboursement complet" du billet, a indiqué à l'AFP Maaike Andries, une porte-parole de la compagnie. Les pilotes, hôtesses et stewards protestent contre un manque de personnel et une charge de travail jugée trop élevée, des revendications auxquelles doivent aussi faire face d'autres compagnies sur fond de reprise brutale du trafic aérien.

La colère touche aussi la compagnie low cost britannique EasyJet, puisqu'un syndicat espagnol prévoit neuf journées de grève en juillet, en pleine saison touristique, dans les aéroports de Barcelone, Malaga ainsi qu'à Majorque dans les îles Baléares.