Un étudiant sur cinq travaille encore au noir: "Les risques à engager au noir sont élevés, alors que la cotisation est de 8%"

Les assouplissements au niveau du travail étudiant n'ont pas eu l'effet escompté.

"Ces chiffres montrent que les réformes et les assouplissements apportés au travail étudiant n’ont pas abouti au recul structurel du travail au noir. Les risques liés au travail au noir ne se justifient pas au regard des avantages offerts par la réglementation actuelle ", indique, pour sa part, Sébastien Cosentino, de Randstad.
"Ces chiffres montrent que les réformes et les assouplissements apportés au travail étudiant n’ont pas abouti au recul structurel du travail au noir. Les risques liés au travail au noir ne se justifient pas au regard des avantages offerts par la réglementation actuelle ", indique, pour sa part, Sébastien Cosentino, de Randstad. ©Shutterstock
Comparé à l’enquête menée l’an dernier, le nombre d’étudiants sans contrat a clairement rechuté au niveau des années précédentes. L’an dernier, 26 % travaillaient encore sans contrat. Cette année, ils sont 19 % à être dans...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité