Siemens dément être à l'origine de la réduction des livraisons de gaz en provenance de Russie

La société nie que ce soit sa faute si la Russie a dû fermer partiellement le robinet de gaz vers l'Allemagne, comme elle le prétend elle-même.

La Libre Eco avec Belga
"Il est très pratique d'impliquer une entreprise bien connue en Russie", a déclaré Joe Kaeser, le président du conseil de surveillance de Siemens Energy.
"Il est très pratique d'impliquer une entreprise bien connue en Russie", a déclaré Joe Kaeser, le président du conseil de surveillance de Siemens Energy. ©BELGA

Selon les Russes, le groupe énergétique allemand Siemens Energy n'a pas réparé à temps une turbine du gazoduc Nord Stream 1. "Il est très pratique d'impliquer une entreprise bien connue en Russie", a déclaré Joe Kaeser, le président du conseil de surveillance de Siemens Energy, au journal allemand Süddeutsche Zeitung. "Et même si c'était le cas, cela ne justifierait pas une restriction aussi forte des approvisionnements en gaz".

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également déjà rejeté la référence russe à Siemens comme un prétexte.

Les tensions entourant l'approvisionnement en gaz russe risquent de s'accentuer dans les semaines à venir, car Nord Stream 1 sera complètement fermé le 11 juillet pour une maintenance annuelle de 10 jours. Le ministre allemand de l'économie Robert Habeck et les fournisseurs d'énergie allemands, entre autres, craignent que Gazprom ne décide de ne pas rouvrir le robinet du gaz par la suite.