L'État français veut renationaliser à 100% EDF : l'action bondit de plus de 5%

Le groupe, déjà fortement endetté, est confronté à de lourdes charges financières, et est aussi mis au défi par le gouvernement de lancer un nouveau programme de réacteurs nucléaires.

La Libre Eco avec Belga
L'Etat français détient aujourd'hui près de 84% de l'électricien, 1% étant détenu par les salariés et 15% par des actionnaires institutionnels et individuels.
L'Etat français détient aujourd'hui près de 84% de l'électricien, 1% étant détenu par les salariés et 15% par des actionnaires institutionnels et individuels. ©AFP

L'Etat a l'intention de renationaliser à 100% l'énergéticien EDF, a annoncé mercredi la Première ministre Elisabeth Borne dans sa déclaration de politique générale. "Je vous confirme aujourd'hui l'intention de l'Etat de détenir 100% du capital d'EDF. Cette évolution permettra à EDF de renforcer sa capacité à mener dans les meilleurs délais des projets ambitieux et indispensables pour notre avenir énergétique", a-t-elle déclaré devant l'Assemblée nationale.

L'Etat français détient aujourd'hui près de 84% de l'électricien, 1% étant détenu par les salariés et 15% par des actionnaires institutionnels et individuels.

Le groupe, déjà fortement endetté, est confronté à de lourdes charges financières, et est aussi mis au défi par le gouvernement de lancer un nouveau programme de réacteurs nucléaires.

"La transition énergétique passe par le nucléaire", a martelé Mme Borne, reprenant la position adoptée dès cet hiver par le président Emmanuel Macron.

L'action d'EDF bondissait à la Bourse de Paris mercredi après l'annonce de Mme Borne. Le titre prenait 5,56 % à 8,28 euros vers 15H45, dans un marché en hausse de 1,86%. Avant le discours, le cours était en net recul, de 5%.