Réduction des livraisons de gaz russe: l'allemand Uniper perd "plusieurs dizaines de millions" d'euros par jour

Le géant allemand de l'énergie Uniper perd "plusieurs dizaines de millions d'euros" par jour en raison de la réduction des livraisons de gaz russe, une situation "plus tenable" qui l'a contraint vendredi à officialiser sa demande d'aide à l'Etat.

La Libre Eco avec AFP
Klaus-Dieter Maubach, le PDG d'Uniper.
Klaus-Dieter Maubach, le PDG d'Uniper. ©BELGA

"Uniper subit des sorties de l'ordre de plusieurs dizaines de millions d'euros par jour. Cette situation n'est plus tenable longtemps", a déclaré vendredi le PDG d'Uniper, Klaus-Dieter Maubach, lors d'une conférence de presse.

L'énergéticien, qui était avant la guerre en Ukraine le plus gros client du russe Gazprom, est frappé de plein fouet par la réduction depuis mi-juin des livraisons russes.

Si rien n'est fait Uniper "pourrait perdre jusqu'à dix milliards d'euros" d'ici "la fin de l'année", selon M. Maubach.

L'entreprise a donc officiellement déposé vendredi sa demande de sauvetage par les pouvoirs publics impliquant une nouvelle ligne de crédit auprès de la banque publique KFW et une "prise de participation" de l'Etat.

Des pourparlers sont en cours depuis la semaine dernière avec les ministères. Uniper dit espérer une décision "rapide" mais n'a détaillé ni les montants, ni le type d'aide demandés.

Les médias ont évoqué une entrée de l'Etat à hauteur de 25% voire 30% du capital.

Législation d'urgence

"Nous choisirons les options les meilleures et les plus avantageuses pour l'Allemagne, pour les consommateurs et les contribuables allemands", a déclaré le ministre de l'Economie Robert Habeck vendredi.

Une éventuelle chute d'Uniper fait craindre à l'Allemagne des faillites en cascade comparables à un "Lehman Brothers" de l'énergie.

La coalition d'Olaf Scholz a adopté cette semaine une législation d'urgence lui permettant de venir au secours des énergéticiens.

Gazprom a réduit mi-juin de 60% les livraisons de gaz vers l'Allemagne, via son gazoduc Nord Stream, une décision jugée "politique" par Berlin.

En trois semaines, Uniper a vu son approvisionnement chuter "de l'équivalent d'1% de la consommation allemande totale", a affirmé M. Maubach.

Le premier gazier allemand, fournisseur de très nombreuses collectivités, doit pour honorer ses contrats se procurer du gaz sur le marché comptant où les prix ont explosé.

"La quantité d'aide nous avons besoin sera étroitement liée à la question de savoir si nous pouvons répercuter ces coûts supplémentaires en totalité ou en partie", a indiqué M. Maubach.

Le gouvernement allemand a adopté cette semaine une loi lui donnant la possibilité de mieux répartir cette hausse sur l'ensemble des consommateurs.

Ces derniers vont affronter une "très grosse vague de hausses de prix", a prévenu le PDG d'Uniper.