"Je pense que l'Etat belge est gagnant" : le Norvégien Frontline prêt à reprendre la société anversoise Euronav

L’opération d’achat se fait sous forme d’échange d’actions. Reste à savoir ce que feront les Saverys, les premiers actionnaires. Interrogé par La Libre, le CEO d'Euronav estime pour sa part que la vente pourrait profiter à la Belgique.

"Frontline continuera à avoir une filiale en Belgique", précise le CEO d'Euronav Hugo De Stoop.
"Frontline continuera à avoir une filiale en Belgique", précise le CEO d'Euronav Hugo De Stoop. ©Alexis Haulot
La bataille autour d'Euronav, armateur anversois spécialisé dans le transport de pétrole, n'est peut-être pas encore terminée. Lundi, la société dirigée par Hugo...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet