Nouveau coup de pression de Gazprom qui indique ne pas pouvoir garantir le bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream

Une annonce qui risque de tendre à nouveau la situation sur le marché gazier.

La Libre Eco avec AFP
Nouveau coup de pression de Gazprom qui indique ne pas pouvoir garantir le bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream
©DPA

Le géant gazier russe Gazprom a affirmé mercredi ne pas pouvoir garantir le bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream, qui dessert l'Europe, se disant dans l'impossibilité de confirmer qu'il récupèrera une turbine allemande en réparation au Canada.

"Gazprom n'a en sa possession aucun document permettant à Siemens de faire sortir du Canada le moteur de turbine à gaz" qu'Ottawa a pourtant dit vouloir restituer à Berlin, a déclaré Gazprom dans un communiqué. "Dans ces conditions, il n'est pas possible de tirer de conclusion objective quant au développement de la situation relative au fonctionnement en toute sécurité" du gazoduc, a ajouté le groupe.

Ces déclarations interviennent alors que ce gazoduc est actuellement à l'arrêt pour dix jours pour des raisons de maintenance, les pays européens craignant que Moscou prétexte un motif technique pour stopper durablement ses livraisons et ainsi faire pression sur eux dans le contexte du conflit en Ukraine.

Avant même l'arrêt de Nord Stream, la Russie avait fortement réduit les livraisons ces dernières semaines en les justifiant par le manque de turbines Siemens, nécessaires selon elle pour faire fonctionner les stations de compression du gazoduc et dont plusieurs unités ont été envoyées au Canada pour réparation.

Le Canada est prêt

Le Canada a pourtant annoncé samedi qu'il allait restituer à l'Allemagne les turbines destinées à Nord Stream, malgré les sanctions qui visent Moscou et les appels de l'Ukraine à ne pas se "soumettre au chantage du Kremlin". Ottawa a justifié sa décision de renvoyer ces équipements par sa volonté de ne pas accroître le risque de crise énergétique majeure en Europe, le continent dépendant fortement de la Russie pour ses approvisionnements de gaz.

Les difficultés autour des livraisons par Nord Stream interviennent au moment où les pays européens s'efforcent de remplir leurs réserves pour l'hiver.

L'Allemagne a qualifié de "politique" la décision prise par Moscou de réduire les livraisons via Nord Stream ces dernières semaines. L'Union européenne apporte son soutien à l'Ukraine, qui fait face à une offensive militaire de Moscou.