Arrêt de l'usine Barry Callebaut de Wieze : le groupe s'attend à un impact "notable" sur ses résultats

Le fournisseur suisse de chocolat Barry Callebaut a publié mercredi des ventes en nette hausse sur neuf mois mais a dit s'attendre à un impact "notable" de l'arrêt temporaire de son usine belge de Wieze sur ses résultats du dernier trimestre.

La Libre Eco avec AFP
Hors effets de changes, la croissance du numéro un mondial du cacao et préparations chocolatées a grimpé de 15,1%.
Hors effets de changes, la croissance du numéro un mondial du cacao et préparations chocolatées a grimpé de 15,1%. ©BELGA

Pour la période allant de début septembre à fin mai, le groupe qui publie ses résultats sur une base décalée a fait état d'une hausse de 13,5 % de son chiffre d'affaires sur un an, à 6 milliards de francs suisses (6,1 milliards d'euros), grimpant même de 15,1 % hors effets de changes.

Ses volumes de ventes ont augmenté de 7,9 %, le rachat de l'entreprise belge Europe Chocolate Company donnant un coup de pouce supplémentaire à sa croissance, indique le numéro un mondial du cacao et préparations chocolatées dans un communiqué.

Affectée par la fermeture des boutiques, hôtels et restaurants au début de la pandémie, sa division Gourmet et spécialités, qui fournit les professionnels de la pâtisserie, a affiché la plus forte croissance du groupe, ses ventes bondissant de 27,4 %.

Lors de la publication de ces résultats, le groupe qui fournit les géants de l'agroalimentaire tels que Nestlé, Mondelez ou Unilever mais aussi des confiseurs et pâtissiers a fait le point sur la récente suspension de la production dans son usine belge de Wieze.

Le 27 juin, des traces de salmonelle avaient été découvertes dans un lot dans cette usine située à une trentaine de kilomètres de Bruxelles. Le groupe avait rapidement arrêté la production et contacté un à un ses clients pour s'assurer que du chocolat contaminé n'arrive pas jusqu'aux consommateurs.

Impact financier en cours d'évaluation

Le nettoyage des lignes de production "progresse bien", a expliqué le groupe zurichois, qui compte redémarrer progressivement la production début août.

"L'impact financier total de l'incident est encore en cours d'évaluation", précise-t-il, disant cependant s'attendre "à un impact notable" sur les résultats du dernier trimestre de son exercice 2021/2022 (qui sera clos fin août).

Dans le communiqué, Peter Boone, le nouveau directeur général, s'est néanmoins dit confiant "quant au respect de nos objectifs financiers à moyen terme".

Le fabricant de pralines belges Neuhaus avait dû suspendre sa production et détruire 80 tonnes de chocolat, avait révélé le quotidien belge La Dernière Heure.

D'autres grandes marques belges comme le confiseur Léonidas ou la biscuiterie Lotus Bakeries, connue pour ses produits à base de speculoos, n'ont en revanche pas été touchées, avait de son côté dévoilé le quotidien L'Écho, mais certaines s'étaient inquiétées pour leurs approvisionnements.

Le patron de Lilly's Cakes, un fabricant de biscuits pour les marques distributeurs des supermarchés, avait confié au quotidien être en train de mesurer ses stocks pour s'assurer de pouvoir continuer à produire jusqu'à la réouverture de l'usine.

"Tous nos produits sont frais et nous n'avons donc pas beaucoup de stocks. Mais les ventes de pralines ne sont pas très élevées en été", a pour sa part expliqué à l'AFP Philippe de Selliers, le patron de Léonidas, pour qui cette fermeture a beaucoup moins de répercussions que si elle était intervenue à Pâques ou pendant les fêtes de fin d'année.

Le patron de Barry Callebaut a dit collaborer "étroitement" avec ses clients après cet incident "exceptionnel" qui perturbe leur planning de production. Sur la base du calendrier estimé de redémarrage de l'usine, Barry Callebaut a pu commencer à donner mercredi à ses clients une indication des volumes qu'il pourra leur fournir au cours des prochaines semaines, a précisé son porte-parole à l'AFP.

L'usine de Wieze est la plus grosse de Barry Callebaut au monde. Elle contribue environ 15 % de sa production, a calculé Daniel Bürki, analyste à la Banque cantonale de Zurich.

Après avoir ouvert en hausse, l'action cédait 0,19 % vers 10H00 GMT, à 2 092 francs suisses,alors que l'indice élargi de la Bourse suisse s'appréciait de 0,08 %.

La forte croissance du groupe est "éclipsée par ce cas de salmonelle en Belgique", a réagi Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier.

"L'impact financier sera significatif", "certainement au quatrième trimestre", mais "aussi probablement au premier semestre", estime-t-il, considérant toutefois que Barry Callebaut reste le fournisseur de choix pour le secteur "malgré ce revers".