Marché automobile : les ventes ralentissent en Europe et les immatriculations dégringolent en Belgique

Alors que les immatriculations de voitures neuves poursuivent leur dégringolade en Belgique, les ventes de voitures neuves à motorisation essence ou diesel se sont également écroulées au deuxième trimestre en Europe.

La Libre Eco avec AFP
Sur un marché paralysé par la pénurie de composants électroniques, les ventes de voitures à essence ont reculé de 22,2 % sur un an.
Sur un marché paralysé par la pénurie de composants électroniques, les ventes de voitures à essence ont reculé de 22,2 % sur un an. ©Shutterstock

Les ventes de voitures neuves à motorisation essence ou diesel se sont écroulées au deuxième trimestre en Europe, tandis que les hybrides et les électriques ont continué leur conquête du marché, selon les chiffres publiés mercredi par les constructeurs.

Sur un marché paralysé par la pénurie de composants électroniques, les ventes de voitures à essence ont reculé de 22,2 % sur un an, avec 909.000 véhicules, et représentaient 38,5 % du marché au deuxième trimestre dans l'Union européenne.

Les modèles diesel ont baissé de 27,7 %, avec 409.000 véhicules vendus, et ne représentaient plus que 17,3 % des ventes, contre encore 20,2 % sur la même période en 2021.

Les hybrides en progression

Les voitures hybrides (pétrole et diesel), poussées par les bonus, mises en avant par les constructeurs, mais freinées par les pénuries et le contexte économique, ont vu leurs ventes reculer légèrement dans l'UE (-2,2 %), avec de nettes baisses en Italie et en Allemagne. Mais la part de marché des hybrides a continué sa progression : elles représentent désormais 22,6 % des ventes.

Les hybrides rechargeables, de leur côté, sont restées sur une tendance à la baisse amorcée fin 2021 (-12,5 %), avec un recul très marqué en France et en Allemagne, alors que leurs émissions de CO₂ réelles sont fortement critiquées. Elles représentent désormais 8,7 % des ventes, avec 206.000 voitures vendues.

La catégorie des voitures 100 % électriques est la seule à progresser (+11 %), avec 243.000 voitures vendues, mais sa conquête du marché est aussi ralentie par les problèmes d'approvisionnement. Elle représente 9,9 % des ventes.

Cette performance limitée peut s'expliquer par les difficultés d'approvisionnement d'un des leaders du marché européen, Volkswagen, liées à la production de certaines pièces en Ukraine, ralentie par la guerre. Les ventes d'électriques du groupe allemand ont reculé de 16,5 % au deuxième trimestre en Europe, alors qu'elles progressaient de 33,6 % au premier trimestre.

Immatriculation de voitures neuves en baisse

Du côté des immatriculations des voitures neuves en Belgique, les chiffres continuent à baisser à 195.387 au premier semestre, soit une diminution de 15,9% par rapport à la même période de l'année précédente, selon les chiffres publiés mercredi par la Fédération de l'automobile et du cycle (Febiac). L'électrification du parc automobile belge poursuit par ailleurs son développement. Le recul des immatriculations de voitures neuves en Belgique sur les six premiers mois de l'année est supérieur à la moyenne européenne (-14%). Par rapport à l'avant-covid (2019), il atteint même -37%. Au total, 61,8% des voitures neuves immatriculées au premier semestre l'ont été par des clients professionnels.

La baisse est moins marquée sur le marché de l'occasion (-9,27%).

L'électrification a continué à gagner du terrain au premier semestre, représentant 31,6% des immatriculations de voitures neuves (23,5% en 2021), et même 40% du côté des clients professionnels.

Ces derniers sont également les plus friands de voitures rechargeables par une prise électrique, immatriculant 85% des modèles (entièrement électriques) BEV et 90% des (hybrides rechargeables par prise) PHEV durant les six premiers mois de l'année.