Travailler en "wwoofing" dans une ferme bio : "Pour s’intégrer activement plutôt que d'opter pour des vacances 'plage'"

Les vacances autrement 4/5 : le “wwoofing” ou l’aide à la ferme en échange du gîte et du couvert. Dans plus de 130 pays.

En Europe, où le wwoofing est très développé, le choix est vaste. En Australie et Nouvelle-Zélande aussi. Notamment.
En Europe, où le wwoofing est très développé, le choix est vaste. En Australie et Nouvelle-Zélande aussi. Notamment. ©Shutterstock
À l'origine, on retrouve une Britannique, Sue Coppard, qui avait organisé avec trois autres Londoniennes un week-end dans une ferme biologique de l'East Sussex. L'idée était d'aider à la ferme en échange du gîte et du couvert. Ce fut...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité