De lourdes pertes pour easyJet en raison des problèmes dans les aéroports

Le groupe a enregistré un coût supplémentaire de 133 millions de livres dû aux problèmes d'aéroports.

La Libre Eco avec Belga
De lourdes pertes pour easyJet en raison des problèmes dans les aéroports
©Shutterstock

La compagnie à bas prix Easyjet a annoncé mardi avoir réduit sa perte pour son troisième trimestre décalé, mais voit son résultat plombé par les perturbations de ses opérations, dues notamment aux pénuries de personnel qui touchent le secteur. L'entreprise affiche une perte avant impôts de 114 millions de livres pour la période, en amélioration de 204 millions par rapport à la même période l'an dernier, mais pénalisée à hauteur de 133 millions de livres par le chaos qui a marqué le secteur ces derniers mois.

Ce sont des perturbations de "court terme", assure le directeur général Johan Lundgren dans un communiqué, soulignant qu'au cours du trimestre Easyjet "a transporté sept fois plus de clients qu'à la même période l'an dernier", soit 22 millions de passagers, et selon lui "les opérations sont maintenant normalisées".

Les investisseurs acquiesçaient mardi, et le titre d'Easyjet prenait 2,94% à 384,80 pence à la Bourse de Londres vers 10H25 GMT.

Le chiffre d'affaires de la compagnie a été multiplié par huit sur le trimestre, à 1,8 milliard de livres, s'envolant plus vite que ses coûts, pourtant multipliés par plus de trois à 1,9 milliard de livres.

Optimisme

Signe de son optimisme, Easyjet a confirmé une commande de 56 appareils de la famille A320 à l'avionneur européen Airbus, la semaine dernière au salon aéronautique de Farnborough.

La compagnie avait été mise en difficulté lors des longs week-ends du printemps avec des centaines de vols annulés, en grande partie dus à un manque d'employés, à un moment où le secteur aérien voyait la demande rebondir. Easyjet avait en outre annoncé fin juin une réduction de sa capacité de transport cet été, à 90% des niveaux prépandémie de 2019 - il espérait renouer à l'origine avec une capacité de 97%.

Alors que la demande repart, de nombreuses entreprises du secteur aérien, compagnies ou aéroports, qui ont massivement licencié pendant la pandémie, peinent à recruter suffisamment vite. Plusieurs aéroports ont ainsi imposé des plafonds de passagers aux compagnies aériennes, notamment Gatwick et Heathrow à Londres ou encore Schiphol à Amsterdam. Easyjet est particulièrement présent à Gatwick "l'un des aéroports les plus affectés", selon Sophie Lund-Yates, analyste de Hargreaves Lansdown.

Heathrow, lui aussi fortement perturbé depuis des semaines, a de son côté annoncé mardi avoir divisé par plus de deux sa perte avant impôts à 321 millions de livres (hors investissements immobiliers et instruments financiers), alors que le nombre de passagers a été multiplié par près de sept à 26,1 millions.

Défis généralisés

L'aéroport estime que les perturbations sont causées avant tout par des pénuries de personnel au sol des compagnies aériennes, assurant de son côté avoir suffisamment anticipé le pic estival.

Selon Easyjet, "la reprise sans précédent de la demande dans le secteur aérien, associée à un marché du travail tendu, a entraîné des défis opérationnels généralisés, conduisant à des niveaux d'annulations plus élevés que la normale".

Malgré cela, la compagnie a fait voler "95% des vols prévus au troisième trimestre", fait-elle valoir.

"Ce sont les 5% qui n'ont pas volé qui ont fait les gros titres", rétorque Russ Mould, analyste chez AJ Bell, jugeant que cela porte préjudice à l'image d'Easyjet et pourrait pénaliser sa reprise.

La compagnie a aussi été perturbée ces dernières semaines par une grève de son personnel navigant en Espagne qui s'est traduite par plusieurs jours de débrayage.