General Motors voit son bénéfice fondre de 40 % au deuxième trimestre

Le constructeur américain a toutefois maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

La Libre Eco avec AFP
Des problèmes de chaîne d'approvisionnement ont perturbé la production automobile.
Des problèmes de chaîne d'approvisionnement ont perturbé la production automobile. ©Shutterstock

General Motors a vu son bénéfice net fondre de 40 % au deuxième trimestre, à 1,7 milliard de dollars, en raison notamment des problèmes de chaîne d'approvisionnement qui ont perturbé sa production automobile.

Le constructeur américain a toutefois maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'année, estimant que sa production, et les ventes aux concessionnaires, vont repartir vivement à la hausse au second semestre.

L'entreprise continue à profiter de la forte demande pour des véhicules, notamment pour augmenter ses prix. Son chiffre d'affaires a progressé de 5 % sur la période, à 35,8 milliards de dollars.

Pénurie et inflation

Mais comme l'ensemble du secteur automobile, GM peine depuis début 2021 à se procurer suffisamment de semi-conducteurs, devenus indispensables dans la fabrication de voitures truffées d'électroniques.

Le groupe avait déjà indiqué début juillet avoir dans ses stocks à la fin du trimestre environ 95.000 véhicules fabriqués sans certains éléments.

Il fait aussi face à des coûts des matières premières et de logistiques plus élevés et continue à investir massivement dans les véhicules électriques.

Le groupe a ainsi annoncé mardi avoir conclu des accords permettant de sécuriser son approvisionnement en matériaux nécessaires à la fabrication de batteries, comme le lithium, le cobalt et le nickel, pour pouvoir produire un million de véhicules électriques en Amérique du Nord à partir de 2025.

Inquiétudes

Au deuxième trimestre, son bénéfice net a reculé de 40 % sur la période, à 1,7 milliard de dollars.

Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des investisseurs, il ressort à 1,14 dollar, contre 1,30 dollar attendu par les analystes.

L'action reculait de 1,3 % dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York.

La patronne de l'entreprise, Mary Barra, a reconnu qu'il y avait des "inquiétudes sur les conditions économiques", qui pourraient freiner la demande.

Le groupe "prend des mesures pro-actives pour gérer les coûts et les flux de liquidités, y compris en réduisant les dépenses discrétionnaires et en limitant les embauches aux besoins et postes essentiels pour soutenir la croissance", a-t-elle assuré dans un communiqué.

Pour l'ensemble de l'année, GM s'attend toutefois toujours à un bénéfice net pour l'année compris entre 9,6 et 11,2 milliards de dollars, et à un bénéfice avant intérêts et impôts compris entre 13 et 15 milliards.