Fin de la grève chez Easyjet en Espagne après un accord avec la direction

Du fait d'un accord, les trois journées de grèves restantes, prévues les 29, 30 et 31 juillet, sont annulées.

La Libre Eco avec Belga
Un syndicat avait lancé le 1er juillet une série de neuf journées de grève chez Eaysjet dans les aéroports de Barcelone, Malaga et Majorque (Baléares).
Un syndicat avait lancé le 1er juillet une série de neuf journées de grève chez Eaysjet dans les aéroports de Barcelone, Malaga et Majorque (Baléares). ©BELGA

Le personnel navigant d'Easyjet en Espagne a mis fin jeudi à son mouvement de grève entamé début juillet après avoir trouvé un accord avec la compagnie, prévoyant notamment des hausses de salaires, a annoncé le syndicat USO. Ce syndicat avait lancé le 1er juillet une série de neuf journées de grève chez Eaysjet dans les aéroports de Barcelone, Malaga et Majorque (Baléares), prévues tout au long du mois de juillet, afin de réclamer de meilleures conditions de travail.

Ce mouvement social a entraîné des annulations de vols et des retards au sein de la compagnie low cost britannique, en pleine période de départs en vacances.

"Après des semaines d'intenses négociations", la direction de la compagnie et les responsables d'USO ont trouvé un "accord sur les conditions de travail du personnel navigant, approuvé en assemblée générale par les salariés", a assuré le syndicat dans un communiqué.

Du fait de cet accord, les trois journées de grèves restantes, prévues les 29, 30 et 31 juillet, sont annulées, a-t-il précisé.

Selon l'USO, l'accord signé jeudi prévoit une hausse de salaire de 22% pour les personnels navigants, échelonnée sur trois ans. Il comprend également des compensations financières en cas de travail sur des jours prévus de repos.

Autres grèves en Espagne

Plusieurs autres mouvements de grève ont eu lieu ces dernières semaines dans le secteur aérien, alors que le trafic a connu un rebond fulgurant en raison de la levée de la plupart des restrictions de voyage liées au Covid-19.

En Espagne, une autre grève touche ainsi depuis fin juin la compagnie à bas coûts irlandaise Ryanair, à l'appel de l'USO et d'un autre syndicat, le SITCPLA, qui réclament une amélioration des conditions de travail.

Ces deux syndicats ont annoncé mercredi qu'ils prolongeaient leur mouvement jusqu'au 7 janvier via des arrêts de travail de 24 heures du lundi au jeudi, la direction ayant selon eux "manifesté publiquement son refus d'engager tout dialogue".

Dans un court communiqué, Ryanair a dit s'attendre "à des perturbations minimes voire inexistantes cet hiver".

"Les récentes grèves de l'USO/SITCPLA ont été peu soutenues et n'ont eu qu'un effet minime" sur le trafic, avec "moins de 1%" des vols "affectés", a assuré la compagnie.