Les ventes en Chine et aux Etats-Unis permettent à Ferrari de relever ses prévisions

Le constructeur italien de voitures de sport prévoit désormais un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de 1,73 milliard d'euros.

La Libre Eco avec Belga
Les ventes en Chine et aux Etats-Unis permettent à Ferrari de relever ses prévisions
©Belga Image

Ferrari a relevé ses prévisions pour cette année, car les ventes en Chine et aux États-Unis sont meilleures que prévu. Le constructeur italien de voitures de sport prévoit désormais un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de 1,73 milliard d'euros. Plus tôt, la société avait prévu un bénéfice de 1,7 milliard.

Au deuxième trimestre, Ferrari a vendu 29 % de voitures de plus qu'à la même période l'année dernière, soit 3 455 au total. C'est surtout en Asie que la demande de voitures de luxe a augmenté, avec un doublement des ventes en Chine et à Taïwan. Une forte augmentation a également été enregistrée aux États-Unis (+62 %), tandis que la croissance en Europe et au Moyen-Orient s'est limitée à 4,5 %.

Le chiffre d'affaires trimestriel a atteint 1,3 milliard d'euros, soit plus que ce que les analystes avaient prévu. Le bénéfice brut (ebitda) s'est élevé à 446 millions.

Ferrari est également en train d'électrifier sa flotte. Les trois modèles hybrides existants représentent environ 17 % des ventes totales. D'ici 2026, 60 % de la gamme Ferrari devra être constituée de véhicules électriques ou hybrides rechargeables.