Sortie du nucléaire: Doel 3 et Tihange 2 doivent également être prolongés selon le personnel des centrales

Le personnel des centrales nucléaires belges demande également que les réacteurs Doel 3 et Tihange 2 soient prolongés, est-il précisé dans une lettre ouverte adressée au gouvernement, qui, selon une source syndicale à la VRT, "bénéficie d'un large soutien" parmi le personnel.

Sortie du nucléaire: Doel 3 et Tihange 2 doivent également être prolongés selon le personnel des centrales
©BELGA

Face à la crise énergétique, le gouvernement fédéral a déjà décidé de négocier avec l'exploitant Engie la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires les plus récents de Belgique, ceux de Doel 4 et de Tihange 3. Mais selon le personnel des centrales, Doel 3 et Tihange 2, des réacteurs plus anciens, peuvent également bénéficier d'une prolongation de leur durée de vie. Cependant, Doel 3 doit fermer à la fin du mois prochain et Tihange 2 en février de l'année prochaine.

"Personne ne semble se rendre compte qu'avec la fermeture imminente de Doel 3 et Tihange 2, nous liquidons deux gigawatts d'électricité à faible émission de CO2. Un scénario incompréhensible en pleine situation de guerre, d'approvisionnement en énergie et de crise financière", peut-on lire dans la lettre ouverte du personnel. "Chaque kilowattheure produit localement ne doit pas provenir de Russie. Chaque kilowattheure produit avec peu de CO2 ne nuit pas au climat."

La prolongation de la durée de vie des réacteurs Doel 3 et Tihange 2 n'est pas une option, a encore répété samedi Engie, à la suite de la lettre ouverte envoyée par le personnel des centrales. L'exploitant des sites nucléaires en Belgique dit comprendre "l'émotion qui accompagne la fermeture des centrales nucléaires" par la voix de sa porte-parole mais "Doel 3 et Tihange 2 fermeront comme prévu". "Les dates de fermeture sont déterminées par la loi et les autorisations d'exploitation des centrales prennent fin à ces dates. Cela a été fixé depuis longtemps et nous nous sommes préparés à cela depuis longtemps", a-t-elle ajouté.

Engie avait déjà déclaré impossible l'extension de Doel 3 et Tihange 2 le mois dernier pour des raisons de sécurité et de faisabilité technique. À l'époque, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) n'avait pas encore reçu de demande d'analyse des risques de la part d'Engie ou du gouvernement.

Selon les auteurs de la lettre, "des temps exceptionnels appellent des mesures exceptionnelles" et le gouvernement devrait demander au plus vite à l'AFCN d'évaluer une éventuelle extension de Doel 3 et Tihange 2.