Chiffre d'affaires en forte hausse pour IBA au premier semestre

IBA conclut le premier semestre avec un bilan "très solide": 202 millions d'euros de trésorerie brute et 137 millions de trésorerie nette.

La Libre Eco avec Belga
La perte nette totale du groupe est un peu moins importante qu'il y a un an.
La perte nette totale du groupe est un peu moins importante qu'il y a un an. ©BELGA

Le chiffre d'affaires d'IBA a progressé de 16,7% entre le premier semestre 2021 et les six premiers mois de 2022, passant de 137 millions d'euros à un peu plus de 160 millions d'euros, indique mercredi la firme technologique de Louvain-la-Neuve, premier fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer. Une performance qui s'explique principalement en raison de l'augmentation de l'activité en protonthérapie et de la conversion du carnet de commandes par rapport à l'année dernière. 2021 avait en effet été marqué par une forte prise de commandes et un carnet de commandes record avec rentabilité dans l'ensemble des activités d'IBA. Une situation qui a perduré au premier semestre, selon IBA.

Le bénéfice opérationnel (REBIT - bénéfice récurrent avant charges d'intérêt et impôts, NDLR) a atteint 4,6 millions d'euros, contre 0,7 million d'euros au premier semestre de l'an dernier, notamment en raison d'un niveau élevé de prises de commandes, d'exécution de contrats et d'une activité de services en croissance.

La perte nette totale du groupe est dès lors un peu moins importante qu'il y a un an, s'élevant à 1,7 million d'euros, contre 1,9 million durant les six premiers mois 2021.

Des défis à relever

Enfin, IBA conclut le premier semestre avec un bilan "très solide": 202 millions d'euros de trésorerie brute et 137 millions de trésorerie nette.

"Quant à l'avenir, il reste des défis évidents à relever avec la persistance des restrictions liées à la pandémie en Chine et une situation géopolitique complexe en Europe qui a entraîné des problèmes d'inflation et de l'approvisionnement", commente Olivier Legrain, CEO d'IBA. "Nous sommes toutefois bien placés pour surmonter ces difficultés grâce à un pipeline très actif, un carnet de commandes qui n'a jamais été aussi élevé et une hausse des revenus récurrents."