Inflation énergétique : vers une fermeture des piscines publiques ? "Nous sommes loin du scénario catastrophe" assure Bruxelles

Souvent chauffées au gaz, les piscines sont des équipements très énergivores et subissent de plein fouet la hausse des prix.

CdC avec AFP
Une des pistes envisagées pour diminuer la consommation d'énergie des piscines est de baisser la température de l'eau, fixée pour le moment et par la Région à 27°.
Une des pistes envisagées pour diminuer la consommation d'énergie des piscines est de baisser la température de l'eau, fixée pour le moment et par la Région à 27°. ©Michel Tonneau

Nous apprenions ce lundi qu'une trentaine de piscines publiques en France ont fermé leurs portes car la société exploitante, Vert Marine, ne peut plus faire face à l'augmentation des prix de l'énergie, a indiqué la société dans un communiqué. Environ 10 % des 4 000 piscines publiques françaises sont gérées via une délégation de service public et non directement par la collectivité où elle est implantée.

Une décision rejetée par la Fédération française de natation, qui a demandé ce mardi la réouverture immédiate des établissements fermés. "Ces fermetures ont des conséquences directes pour l'ensemble des enfants et adultes qui ne pourront apprendre à nager", justifie la FFN dans un communiqué.

Doit-on s'attendre au même type de réaction de la part du secteur en Belgique ? Pas à Bruxelles en tout cas.

"Pas du tout à l'ordre du jour"

"Une fermeture des piscines n'est pas du tout à l'ordre du jour. Nous sommes loin du scénario catastrophe", nous assure Benoit Hellings (Ecolo), Échevin des Sports et du Climat de la Ville de Bruxelles. Celle-ci comporte trois piscines communales : la piscine du Centre, de Laeken et de Neder-Over-Heembeek. Ces trois piscines se fournissent en gaz et électricité sur le marché public, via un contrat - à taux fixe - avec la région de Bruxelles-Capitale, qui prend fin en septembre 2023. "D'ici-lànous devons prendre toutes les mesures possibles pour diminuer la consommation d'énergie". Une des pistes envisagées est de baisser la température de l'eau, fixée pour le moment et par la Région à 27°.

"L'accès à l'eau est un service public. Je n'ai pas élargi les horaires d'ouverture des piscines pour les fermer", conclut Benoit Hellings.