Starbucks va investir 450 millions de dollars pour moderniser ses magasins

Lors d'une journée de présentation aux investisseurs mardi, des responsables du groupe ont dévoilé plusieurs innovations, comme une machine pouvant préparer du café filtre en 30 secondes.

La Libre Eco avec AFP
Starbucks va investir 450 millions de dollars pour moderniser ses magasins
©Belga Image

Starbucks a récemment atteint un record de ventes hebdomadaires de boissons et de snacks mais pour mieux répondre aux attentes des nouveaux consommateurs et d'employés parfois insatisfaits, a prévu d'investir 450 millions de dollars supplémentaires pour moderniser ses magasins en Amérique du Nord.

Lors d'une journée de présentation aux investisseurs mardi, des responsables du groupe ont dévoilé plusieurs innovations, comme une machine pouvant préparer du café filtre en 30 secondes ou un système évitant aux baristas d'avoir à transporter régulièrement des seaux de glace pour des clients demandant désormais majoritairement des boissons fraîches.

Avec plus de commandes en ligne, ils ont aussi prévu de construire des établissements dédiés aux produits à emporter ou à livrer.

Lire aussi : Starbucks, ce génie du marketing qui vend des cafés standards deux fois plus cher qu'ailleurs

L'automatisation est un gain pour les salariés puisqu'elle "simplifie leur travail", pour les clients qui "ont accès à plus de produits" et pour l'entreprise qui "accélère (ses) revenus et augmente (ses) marges", a avancé le directeur des opérations, John Culver.

Le groupe fait face depuis fin 2021 à un mouvement croissant de syndicalisation aux Etats-Unis, les employés de plus de 220 magasins ayant choisi depuis d'être représentés par un syndicat.

Montée des syndicats

Mardi, la montée en puissance des syndicats n'a pas été beaucoup mentionnée par les responsables du groupe. Le responsable de la stratégie, Frank Britt, a reconnu un "manque de confiance" avec certains employés tandis que John Culver a affirmé que, tout en respectant les droits des syndiqués, le groupe préférait discuter directement avec ses équipes.

La chaîne, qui doit aussi gérer un important turn-over au sein de ses effectifs, a quand même depuis un an fait plusieurs propositions pour satisfaire ses équipes. Elle s'est notamment engagée à augmenter le salaire minimum compris entre 15 et 23 dollars en fonction des régions et à consacrer au total 1 milliard de dollars à ses employés cette année.

Dans un communiqué, le syndicat Starbucks Workers United a toutefois déploré de ne pas avoir été invité à participer à la nouvelle stratégie du groupe et regretté les efforts déployés par la chaîne pour retarder le début des négociations. Plusieurs de ses membres ont manifesté devant le siège de la chaîne mardi.

Avec sa nouvelle stratégie, le groupe prévoit une croissance supérieure à 10 % de son chiffre d'affaires et de son bénéfice par action au cours des prochains trimestres, a assuré son patron historique, Howard Schultz, revenu temporairement à la tête de l'entreprise en avril.

Il passera les commandes à partir du 1er octobre à un nouveau directeur général, Laxman Narasimhan, actuellement à la tête du groupe britannique Reckitt Benckiser. Pour alimenter sa croissance, Starbucks prévoit notamment d'ouvrir au cours des trois prochaines années 2.000 nouveaux magasins aux Etats-Unis et 3.000 en Chine, son deuxième marché.