Comment Gratiago veut "dédiaboliser" la prise de médicaments

L'équipe de Gratiago, aujourd'hui composée de 5 personnes, développe une application d'e-coaching destinée à faciliter la prise de médicament régulière, tant au niveau pratique que psychologique.

L'équipe de Gratiago.
Les 5 co-fondateurs (de gauche à droite) : Sevan Holemans, Raoul Ullens, Ramon Junquera, Alexandre Pirson et Frédéric Besançon. ©Gratiago

Libre Eco week-end | La jeune pousse

Dédiaboliser les traitements médicamenteux. Tel est l'objectif de la toute jeune entreprise Gratiago. Pendant un an et demi, Alexandre Pirson (CEO) et Raoul Ullens (CTO) ont mûri leur projet avec leurs trois co-fondateurs, avant de concrétiser la création de la start-up au début de l'année à la suite d'un premier partenariat structurant avec la Mutualité chrétienne.

L'équipe de Gratiago développe une application destinée à faciliter la prise de médicament régulière, et c'est là qu'est l'innovation, tant au niveau pratique qu'au niveau psychologique.

"Nous voulons répondre au problème de la 'non-adhésion' aux médicaments, partage Alexandre Pirson. Les personnes qui ne prennent pas correctement leur traitement ont ensuite davantage de probabilités de tomber malades, d'être hospitalisés… et cela coûte de l'argent. Plus précisément 3,2 milliards d'euros par an rien qu'en Belgique, un montant qui croît d'environ 5 % chaque année". A noter que cette statistique ne prend même pas en compte les conséquences indirectes de la non prise de traitement, comme les arrêts de travail ou les démissions.

Méthode en 7 étapes

Pour pallier ce problème, Gratiago travaille sur une application qui permet d'envoyer au quotidien de l'information positive au patient. Un patient qui ne voit son médecin que ponctuellement a en effet peu d'occasions d'être rassuré, et les renseignements pris sur les sites web tels que Doctissimo ont souvent tendance à angoisser.

Une première version pilote a déjà été testée et une deuxième version simplifiée fait l'objet de deux preuves de concept en partenariat avec la Mutualité chrétienne. Environ 70 patients vont en tester les bénéfices. "Notre application se base sur une méthode en sept étapes, qui vont du simple rappel automatique de prise de traitement à la transmission de messages plus poussés, comme des informations sur le médicament, l'explication de la manière dont celui-ci agit sur le corps… Le but est que le patient arrête de dire 'ce médicament est mauvais pour moi', 'je n'ai pas envie de le prendre'...", détaille Alexandre Pirson.

Dans un premier temps, Gratiago cible les maladies chroniques telles que l'hypertension ou le diabète, mais souhaite à moyen terme étendre l'application notamment aux traitements des addictions et anti-cancéreux.

Créée sur une base de fonds propres, la start-up a bénéficié d'un soutien de l'Etat de 70 000 euros via le fonds Innoviris, ainsi que d'un investissement de la Mutualité chrétienne dont le montant reste confidentiel. L'entreprise cherche à boucler sa levée de fonds d'ici fin 2022, grâce à des fonds d'investissement et/ou des business angels. Un tour de table plus important est prévu en 2024.

Gamification

En outre, pour séduire encore davantage les utilisateurs de l'application, Gratiago possède un module d'encouragement basé sur la gamification. "Quand le médicament est pris correctement, le patient reçoit des 'tokens', c'est-à-dire des jetons de cryptomonnaie appelés GRACE, qu'il pourra ensuite échanger contre divers produits et services (paniers repas pour les diabétiques…, NdlR)", explique Raoul Ullens, qui est également co-fondateur de la Brussels Blockchain Week. La start-up fait partie des précurseurs du secteur de la santé à récompenser ses utilisateurs en cryptomonnaie. Un réseau de partenaires est en cours d'élaboration pour les produits et services.

"Au fil du temps, le 'token' pourra prendre de la valeur. Nous voulons créer une toute nouvelle économie, sans oublier de mettre en place Gratiago dans le métavers", souligne Raoul Ullens.

Le lancement officiel de l'application est prévu pour septembre 2023.