Danny Van Assche (Unizo): "La Vivaldi est un exécutif de gestion de crise, guère plus"

Pour le patron d’Unizo (Classes moyennes en Flandre), il est temps que le gouvernement se préoccupe de l’emploi. Danny Van Assche tire la sonnette d’alarme. Seules 7 % des entreprises flamandes sont encore capables de répercuter la hausse des coûts dans leurs prix.

Danny Van Assche, patron d'Unizo, tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne le conclave budgétaire.
Danny Van Assche, patron d'Unizo, tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne le conclave budgétaire. ©Jean-Luc Flemal
Le conclave budgétaire bat son plein. Un véritable marathon qui se terminera en principe le lundi 10 octobre. L’effort de guerre a été circonscrit - une réduction du déficit de 2,097 milliards en 2024 (dont 1,38 milliard en 2023) - mais les discussions ne font que commencer. Ce conclave sera particulier car les thèmes à discuter seront nombreux : pouvoir d’achat et compétitivité, marché de l’emploi, fiscalité, sécurité (nouvelle architecture police/justice) et, évidemment, énergie. Le premier kern, jugé "light" par quelques sources gouvernementales, n’a fait qu’aborder ce vendredi...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité