Mais que se passe-t-il avec NewB ?

Après l’échec de la capitalisation de NewB, quel avenir pour la banque citoyenne ? La chronique de Bruno Wattenbergh, éditorialiste économique pour LN24.

La Libre Eco

La néobanque citoyenne NewB n’a pas réuni les 40 millions d’euros exigés par la Banque Nationale pour rester une banque car elle a trop peu de clients. Et avec si peu de clients, elle possède un capital trop faible pour tenir les quatre prochaines années. Troisièmement, les taux d’intérêts sont très bas, donc génèrent peu de marges commerciales.

Beaucoup de militants et de sympathisants ont bien acheté pour quelques euros une ou plusieurs parts de la néobanque, mais seuls 17 % sont devenus clients ! C’est beaucoup trop peu pour NewB qui comptait sur un succès commercial pour subsister et se développer.

En outre, la gamme de produits bancaires est fortement limitée. Les produits d’assurances, en partenariat avec un assureur français, ne décollent pas non plus, par manque d’agressivité commerciale et de marketing professionnel.

Bonne nouvelle cependant, il n’y a pas de "bank run". Les clients ne se sont pas rués pour retirer leur argent. Et ils ont raison !

Lire aussi : Faute d’avoir pu lever 40 millions d'euros, quel avenir pour la banque éthique NewB ?