La maison-mère d'Inno veut fermer au moins un magasin sur trois en Allemagne

Des licenciements secs semblent inévitables. Les magasins Inno en Belgique ne sont pas concernés.

De Tessieres-Inno.jpg

Galeria Karstadt Kaufhof, l'enseigne allemande également propriétaire des magasins Inno en Belgique, a initié une procédure de protection de ses créanciers en réponse aux problèmes financiers auxquels elle est confrontée. Selon son patron, Miguel Müllenbach, au moins un magasin sur trois va devoir fermer ses portes en Allemagne pour sauver le reste des magasins.

Des licenciements secs semblent inévitables. Galeria Karstadt Kaufhof emploie quelque 17.000 personnes en Allemagne.

La chaîne, qui compte 131 magasins outre-Rhin, a déjà connu des difficultés par le passé et même reçu une aide de l'État allemand. Mais cela n'a pas suffi à extirper l'enseigne des problèmes financiers.

Un porte-parole de Galeria Karstadt Kaufhof a confirmé à l'agence de presse allemande dpa qu'une procédure de protection contre les créanciers avait été enclenchée.

En Belgique, les magasins Inno suivent une trajectoire différente : "Le choix de jouer la carte belge à 100 % a joué un rôle crucial dans ce changement de tendance. À l’heure actuelle, la branche INNO de Belgique suit son propre chemin, indépendamment de notre propriétaire allemand Galeria Karstadt Kaufhof", affirme le CEO d'Inno, Armin Devender. En outre, Inno a terminé son exercice, clos en septembre, en renouant avec la rentabilité.