Le Credit Suisse veut augmenter son capital de 4 milliards de francs suisses : restructuration en vue

Après la chute libre du cours de son action, le Credit Suisse dévoile les conditions de son augmentation de capital. Le but est d’entamer une grande restructuration.

The headquarters of Swiss Bank Credit Suisse are seen in this photo taken with a drone in Zurich, Switzerland, Thursday, Oct. 27, 2022. (Michael Buholzer/Keystone via AP)
Le Credit Suisse tente de remonter la pente. ©' KEYSTONE / MICHAEL BUHOLZER

Credit Suisse, le numéro deux du secteur bancaire helvétique, a dévoilé lundi les conditions de son augmentation de capital destinée à financer une grande restructuration de la banque, secouée par des scandales à répétition.

Le prix de référence pour cette augmentation de capital, qui vise à lever 4 milliards de francs suisses (4 milliards d’euros), se chiffre à 4,07 francs, ce qui correspond au cours moyen pondéré du volume des actions à la Bourse suisse les 27 et 28 octobre, a indiqué la banque dans un communiqué.

Les professionnels investissent

L’augmentation de capital se fera auprès d’investisseurs professionnels qui se sont engagés sur un volant d’émissions de 462.041.884 d’actions à un prix d’achat de 3,82 francs, a-t-elle détaillé. La banque nationale saoudienne va de son côté prendre une participation de 9,9 % par le biais d’une émission de 307.591.623 titres, selon Credit Suisse.

La banque helvétique prévoit aussi d’émettre 889.368.458 de titres donnant aux actionnaires un droit de souscription préférentiel pour chaque titre détenu le 25 novembre après la clôture de la Bourse. Il est prévu que sept droits de souscription leur permettront d’acquérir deux nouvelles actions à un prix de 2,52 francs.

Transformation radicale du Credit Suisse

Les actionnaires de la banque devront se prononcer sur cette augmentation de capital lors d’une assemblée générale extraordinaire le 23 novembre. L’augmentation de capital vise à financer une grande restructuration qui doit donner lieu à une transformation radicale de sa banque d’affaires et permettre à Credit Suisse de se recentrer sur ses activités les plus stables, que sont la gestion de fortune, la banque suisse (qui englobe sa banque de détail pour le pays alpin) et la gestion d’actifs.

Elle va se traduire par la suppression de 9.000 postes d'ici 2025.

Credit Suisse a vu le titre de son action s’effondrer depuis la faillite de la société financière britannique Greensill en mars 2021 qui avait été le premier d’une longue liste de scandales qui ont terni la réputation de la banque.

Depuis mars 2021, l’action Credit Suisse a perdu environ 70 % de sa valeur.