Engie fait appel du refus de permis pour une centrale au gaz à Vilvorde

Mi-septembre, le gouvernement flamand avait motivé son refus en indiquant qu'Engie n'avait pas envisagé les techniques les plus efficaces pour limiter au maximum les émissions.

BRUSSELS, BELGIUM - NOVEMBER 02 : 

Trade Unions protest the dismissal of 15 employees by Engie, they filter the entrance to the HQ building. Action pictured on NOVEMBER 02, 2022 in Brussels, Belgium, 02/11/2022 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews

Engie Electrabel a fait appel de la décision du gouvernement flamand de rejeter sa demande de permis pour une centrale au gaz à Vilvorde. L'entreprise s'est tournée vers le Conseil d'État, affirmant que l'infrastructure "répond à toutes les exigences".

Mi-septembre, le gouvernement flamand avait motivé son refus en indiquant qu'Engie n'avait pas envisagé les techniques les plus efficaces pour limiter au maximum les émissions.

"Nous sommes convaincus de la qualité du projet", a martelé mercredi l'entreprise. "Nous voulons participer aux prochaines enchères du mécanisme de rémunération de la capacité (CRM) si le gouvernement arrive à la conclusion qu'une nouvelle centrale est nécessaire pour garantir l'approvisionnement."

Le Brabant flamand avait déjà rejeté le projet en 2021, arguant que les émissions d'une telle centrale de 870 MW étaient trop importantes. Engie s'est alors tournée vers la ministre Demir, qui a cependant suivi l'avis de la province. Le dossier est par la suite revenu sur la table du gouvernement flamand, qui a infligé un deuxième revers à l'entreprise en septembre dernier.