Alibaba ne communique pas les chiffres de ses ventes lors de la "Fête des célibataires" et alimente les spéculations

Cette absence de communication fait craindre des chiffres en baisse.

A woman waits for a bus at a bus stop next to an advertisement for Tmall's Singles' Day sale in Beijing, Wednesday, Nov. 9, 2022. China's biggest online shopping festival, known as Singles' Day, is typically an extravagant affair as Chinese e-commerce firms like Alibaba and JD.com ramp up marketing campaigns and engage top livestreamers to hawk everything from lipstick to furniture as they race to break sales records of previous years. (AP Photo/Mark Schiefelbein)

Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba n'a pas communiqué samedi le montant des ventes réalisées la veille lors de son opération annuelle de soldes de la "Fête des célibataires" qui s'est déroulée dans un contexte de ralentissement économique.

Chaque année, cet événement commercial suscite une ruée des consommateurs chinois sur leurs smartphones pour commander des millions de produits à prix réduit (habillement, alimentation, informatique...).

Lors de l'édition 2021, le montant des ventes du géant chinois s'était élevé à 540,3 milliards de yuans (73,5 milliards d'euros).

Samedi, dans un communiqué, Alibaba a affirmé que, cette année, les résultats sont "conformes à ceux de l'an passé... en dépit de difficultés macro-économiques et des conséquences liées au Covid", sans donner plus de détails.

Quelque 290.000 marques ont participé à cet événement lors de cette édition, a précisé Alibaba qui est à l'origine de cet événement lancé en 2009.

Entre jeudi 20H et vendredi 14H, les ventes des magasins en ligne d'Alibaba et JD.com totalisaient 262 milliards de yuans (35,9 milliards d'euros), a estimé vendredi le cabinet Syntun. Une tendance plus faible que les années précédentes.

Avant la pandémie, ces soldes étaient d'ordinaire accompagnées d'une intense campagne médiatique d'Alibaba mais son fondateur Jack Ma, dans le collimateur de Pékin, s'est montré plus discret ces dernières années.

Le groupe a été condamné en 2021 à 2,7 milliards d'euros pour entrave à la concurrence.

Depuis deux ans, les autorités chinoises ont durci la règlementation à l'encontre des géants de la tech.

Selon Vincent Marion, cofondateur de Slingshot, une agence de communication présente à Shanghai et spécialisée dans la tech, "la différence avec les années précédentes (...) c'est qu'ils communiquent beaucoup moins".

"Ils pourraient partager beaucoup plus de (chiffres). Cette année, c'est beaucoup plus difficile de les avoir. Je pense que les chiffres ne sont pas du tout ce qu'ils attendaient", a-t-il affirmé à l'AFP.

L'obstination de Pékin dans sa politique zéro Covid, qui implique des confinements à répétition et des restrictions sur les transports dès que les cas augmentent, mine la confiance des consommateurs.

Alibaba doit publier ses résultats la semaine prochaine.