Lufthansa toujours intéressé par une reprise d'ITA Airways tandis que MSC se retire

La bataille pour l'acquisition d'une participation majoritaire dans ITA, qui a succédé à Alitalia, semblait pourtant réglée à la fin du mois d'août.

An Airbus A330-202 bearing the ITA Airways livery is pictured on the tarmac on November 3, 2022 at Rome's Fiumicino airport, prior to take off and transport the Pope for a four-day trip to Bahrain. - Pope Francis visits Bahrain, home to the biggest Catholic church in the Arabian peninsula, during a November 3 to 6 trip, and will be the first pope to visit the Persian Gulf country. (Photo by Andreas SOLARO / AFP)

Le groupe aéronautique allemand Lufthansa a de nouveau eu accès aux données d'ITA Airways dans le cadre de la vente de la compagnie aérienne publique italienne. La compagnie maritime suisse MSC, qui était en lice avec la société-mère de Brussels Airlines, jette par contre l'éponge.

La bataille pour l'acquisition d'une participation majoritaire dans ITA, qui a succédé à Alitalia, semblait réglée à la fin du mois d'août. Le gouvernement italien avait alors annoncé qu'il allait lancer des négociations exclusives avec la société d'investissement américaine Certares et les groupes aéronautiques Air France-KLM et Delta. Fin octobre, un terme a cependant été mis à cette exclusivité, faisant revenir dans l'arène Lufthansa et MSC.

Le plus grand transporteur de conteneurs au monde n'est à présent plus intéressé. MSC a ainsi déclaré avoir "informé les autorités compétentes qu'il ne souhaitait plus participer à la privatisation d'ITA Airways".

Le groupe aéronautique allemand continuerait, de son côté, à étudier les options possibles et a retrouvé l'accès aux données financières d'ITA. "La salle des données a été ouverte. Lufthansa est intéressée", a ainsi déclaré mardi le ministre italien des Finances, Giancarlo Giorgetti. Son ministère est actuellement propriétaire de la compagnie italienne et est en charge de la vente.

Partenaire industriel stable

Le gouvernement italien cherche à trouver un partenaire industriel stable qui garantira un avenir sûr à la compagnie aérienne qui a succédé à Alitalia, a-t-il ajouté.

L'abandon de MSC signifie cependant que la combinaison de Certares, Air France-KLM et Delta est à nouveau en pole position pour le rachat, écrit le journal économique français Les Echos.

MSC et Lufthansa avaient proposé au cours de l'été d'acheter une participation de 80% dans ITA Airways pour 850 millions d'euros, dont la grande partie reviendrait à la compagnie maritime suisse.

Certains médias ont récemment écrit que le fonds Indigo Partners, qui comprend la compagnie aérienne à bas prix Wizz Air, pourrait également entrer dans la course.

Alitalia a fait faillite en 2017. Le gouvernement italien a maintenu la compagnie aérienne en activité jusqu'en octobre 2021. Elle a ensuite été remplacée par sa successeure ITA Airways, dont la taille a été réduite. Rome veut y conserver une participation minoritaire.