Credit Suisse perd 4 % en bourse mais les actionnaires votent en faveur de la levée de capital : "Cela confirme la confiance dans la stratégie"

Le Credit Suisse dont la réputation a été entachée par plusieurs scandales d’évasion fiscale a entamé une restructuration qui lui coûte cher.

A sign of Switzerland's Credit Suisse bank is seen on an office building in Zurich on November 8, 2022. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)
Le Credit Suisse rencontre une période de turbulence et ses restructurations ont un coût. ©AFP or licensors

Les actionnaires de Credit Suisse ont approuvé mercredi une augmentation de capital en deux volets pour lever environ 4 milliards de francs suisses, afin de financer ses projets de restructuration, a annoncé la banque à l'issue d'une assemblée générale extraordinaire.

"Ce vote confirme la confiance dans la stratégie" du numéro deux du secteur bancaire helvétique, a estimé Axel Lehmann, son président, cité dans le communiqué. Un peu plus tôt mercredi le groupe a annoncé s'attendre à une perte avant impôts allant jusqu'à 1,5 milliard de francs suisses (1,5 milliard d'euros) au quatrième trimestre.

Le Credit Suisse chute de 4% à la Bourse suisse

La banque Credit Suisse chute de plus de 4 % dans les premiers échanges de la Bourse suisse mercredi après un nouvel avertissement sur ses résultats dû à des frais de restructurations et à des secousses sur les marchés de capitaux.

À 8H07 GMT, l’action du numéro deux du secteur bancaire helvétique perdait 4,45 % à 3,68 francs suisses, pesant sur le SMI, l’indice de référence de la Bourse suisse, en baisse de 0,10 %. Un peu plus tôt mercredi Credit Suisse a annoncé s’attendre à une perte avant impôts allant jusqu’à 1,5 milliard de francs suisses (1,5 milliard d’euros) au quatrième trimestre.

Le Credit suisse s’attend à une perte de 1,5 milliard CHF

La banque Credit Suisse, qui a amorcé une lourde restructuration de ses activités, s’attend à une perte avant impôts allant jusqu’à 1,5 milliard de francs suisses (1,5 milliard d’euros) au quatrième trimestre, annonce-t-elle mercredi.

Secouée par des scandales à répétition, la banque a dévoilé fin octobre des mesures pour remettre la banque sur les rails qui vont affecter ses comptes, rappelle la banque dans un communiqué, précisant que le montant de la perte dépendra notamment de ses performances d’ici la fin du trimestre.

Le montant de la perte dépendra notamment des performances de sa banque d’affaires d’ici la fin du trimestre, mais aussi des mesures pour se désengager de positions jugées non stratégiques ainsi que des dépréciations d’actifs.

La restructuration a un coût

La banque prévoit entre autres des charges de restructuration et de dépréciations immobilières d’environ 250 millions de francs dans le cadre de sa réorganisation.

Le numéro deux du secteur bancaire helvétique a lancé une lourde restructuration qui vise à réduire drastiquement le poids de sa banque d’affaires. Mais elle intervient dans un contexte peu porteur.

La banque d’investissement a subi le contrecoup du ralentissement "substantiel" sur les marchés de capitaux, précise-t-elle dans le communiqué, ainsi que de la baisse de l’activité dans le courtage, ajoute-t-elle.

De plus, l’activité de ses clients dans la gestion de fortune et dans sa banque suisse, qui regroupe ses affaires pour son marché domestique, reste modérée, la banque expliquant qu’elle s’attend à ce que ces conditions de marché perdurent dans les mois à venir.