HP licencie à son tour des milliers d'employés

Le fabricant américain d'ordinateurs personnels et d'imprimantes HP a annoncé mardi qu'il allait congédier entre 4.000 et 6.000 employés d'ici 2025, devenant le dernier groupe technologique en date à lancer un plan social cet automne.

La start-up française Sculpteo, pionnière dans l'impression 3D, a annoncé lundi avoir conclu un accord avec Hewlett Packard, qui lui permet de fournir le service officiel d'impression 3D sur "Sprout by HP", la nouvelle génération d'ordinateurs du gro

L'entreprise compte actuellement environ 61.000 salariés, soit quelque 10.000 de plus qu'il y a un an. "Cette nouvelle stratégie (...) va nous permettre de mieux servir nos clients et de créer de la valeur sur le long terme en réduisant nos coûts et en réinvestissant dans des domaines clés pour l'avenir", a indiqué un porte-parole de HP à l'AFP. Avec les licenciements, elle espère économiser 1,4 milliard de dollars par an, ces trois prochaines années. Récemment, ses voisins de la Silicon Valley Meta (Facebook, Instagram), Twitter, Lyft (plateforme de réservation de voitures avec chauffeurs), Salesforce et Stripe (services financiers en ligne), entre autres, ont annoncé des réductions d'effectifs conséquentes. Alors que la pandémie avait largement bénéficié au secteur de la tech, la crise économique a rattrapé ses sociétés, dont certaines avaient beaucoup embauché, pariant sur de fortes croissances sur la durée. Sur son année fiscale 2022, close fin octobre, HP a réalisé un chiffre d'affaires de 63 milliards de dollars, en baisse de 0,8% sur un an, dont elle a dégagé un bénéfice net de 3,5 milliards de dollars, divisé par deux sur un an. Ses prévisions pour le trimestre en cours ont aussi déçu. A Wall Street, son titre perdait environ 1% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.