Syndicate One lance un "contrat" pour aider les start-up belges à lever des fonds

L’initiative du collectif de business angels belges s’inspire du contrat américain “Safe”. Elle bénéficie du soutien de dix cabinets d’avocats.

Syndicate One.
Une partie des membres fondateurs de Syndicate One. ©D.R.
Fonder une start-up est à la portée de tout(e) candidat(e) à l’entrepreneuriat. S’il ou elle opte pour la société à responsabilité limitée (SRL), un passage chez le notaire suffira. Il n’est même plus nécessaire, comme par le passé, de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité