La crise, une fois de plus, va entraîner des licenciements secs justifiés par une baisse des ventes et, donc, par la nécessité d’adapter l’emploi à un chiffre d’affaires en baisse. Cette fois, c’est à Audenarde que le couperet va bientôt tomber: quelque 211 travailleurs sur 700 de la société Samsonite devraient en effet perdre leur emploi dans le cadre d’un licenciement collectif annoncé vendredi.

"Nous sommes leaders sur le marché des bagages mais ce marché s’est réduit, ce qui a provoqué une diminution du chiffre d’affaires nécessitant des mesures au niveau de la structure des coûts", a expliqué dans un communiqué la direction du site belge d’Audenarde, qui regroupe à la fois l’usine de confection des produits Samsonite mais également le siège européen de la société.

Cette coupe dans le personnel (161 ouvriers et 50 employés) n’a pas vraiment surpris les délégations syndicales, même si l’ampleur de la restructuration est bien plus imporante qu’attendu. Samsonite Belgique enregistre depuis quelques années une diminution récurrente de son chiffre d’affaires, a relevé Jo De Mey, du syndicat FGTB. "La direction précédente avait décidé de miser sur le 'Black Label’, un produit de luxe pour quelques privilégiés alors que Samsonite était connu jusque-là pour ses valises de bonne qualité mais abordable pour tout un chacun. La direction actuelle a décidé l’année dernière de faire marche arrière, mais peut-être trop tard", a-t-il commenté.

La collection "Black Label", en effet, n’est sans doute pas à la portée de toutes les bourses - les deux modèles proposés sur le site belge de Samsonite coûtent 540 et 765 euros - alors que la gamme classique est vendue à des prix plus abordables. Et en période de récession économique, les consommateurs ont logiquement tendance à revoir à la baisse leurs dépenses, y compris dans le secteur des produits de luxe.

Le groupe Samsonite existe depuis bientôt un siècle et produit des sacs et des valises. Son fondateur est Jesse Shwayder, qui avait lancé la fabrication de bagages de qualité pour les voyageurs fortunés.

Samsonite a également, dans son portefeuille de marques, les produits Lacoste (dans le cadre d’un accord de licence signé en 2000), Timberland (là encore dans le cadre d’un accord de licence) et American Tourister (entreprise rachetée en 1993 par le groupe Samsonite).

Les syndicats mettaient en avant, vendredi, les efforts de la direction pour essayer d’éviter dans la mesure du possible les licenciements. Cette même direction compte aussi assurer par cette mesure la pérénité du site d’Audenarde, où les différentes activités - production, distribution, mais aussi recherche et développement - seront maintenues.

Les négociations sociales doivent débuter dans une semaine avec l’objectif, côté syndical mais aussi patronal, de limiter la casse sociale autant que faire se peu.