Le groupe Volkswagen a annoncé vendredi qu'il pourrait produire la future Audi A1 dans son usine de Forest, à partir de 2009 et jusqu'en 2016, ce qui pourrait fournir de l'emploi à quelque 3.000 personnes sur le site de Forest, travaillant pour le groupe Volkswagen et pour d'autres entreprises, a déclaré vendredi le Premier ministre Guy Verhofstadt.

Le constructeur automobile l'a confirmé dans un communiqué diffusé en début d'après-midi, indiquant que l'usine de Forest "avait un futur" avec la production de l'Audi A1.

"Pour autant que la rentabilité de la production de ce modèle à Bruxelles puisse être établie, il pourrait être produit à bien plus de 100.000 unités par an", a déclaré, dans un communiqué, Martin Winterkorn, futur président du directoire de Volkswagen.

Les syndicats, qui ont été informés par M. Verhofstadt, ont qualifié cette nouvelle de "très positive" car elle permettrait de maintenir 3.000 emplois et évite leurs pires craintes, à savoir la fermeture en deux phases de VW Forest.

Le Premier ministre, qui s'exprimait à l'issue d'une rencontre avec les dirigeants de Volkswagen, a néanmoins tenu à rester prudent. "De prime abord, j'était pessimiste sur l'avenir de VW Forest. Je pense maintenant qu'une perspective se dégage, mais il faut rester prudent car il reste des obstacles. Il va falloir se battre", a dit M. Verhofstadt.

Il a précisé que Martin Winterkorn et Ferdinand Piëch, président du conseil de surveillance de VW, qu'il a rencontrés vendredi, reviendraient en janvier à Bruxelles pour peaufiner ces plans.

Volkswagen entend néanmoins produire ces Audi A1 à Forest dans des conditions compétitives. "Cette production est liée à une autre condition, à savoir trouver, de commun accord entre le gouvernement belge et les représentants du personnel, une solution transitoire pour les travailleurs concernées et ce jusqu'au démarrage éventuel de la production", souligne le constructeur dans son communiqué.

"Ce sera très difficile d'obtenir la survie de l'usine. Cela va dépendre aussi des négociations qui vont être entamées entre les syndicats et la direction. Le but de Volkswagen est très clair: avoir une usine qui est compétitive avec les autres usines du groupe comme Mösel et Wolfsburg. Les négociations sur les salaires et la durée du travail seront dont très importantes", a renchéri M. Verhofstadt.

Il ne sera dès lors pas possible de garder les quelque 5.200 travailleurs actuels de VW Forest. "Il faudra un plan social pour les 2.200 travailleurs qui resteront sur le carreau. VW devra prendre ses responsabilités", a dit M. Verhofstadt.

Volkswagen n'a pas dit ce qui serait produit sur l'usine de Forest en 2007 et 2008. "On ne sait pas ce qui se passera avec la Golf qui est actuellement produite à Forest", a indiqué le Premier ministre.

"Nous avons des leviers pour les plans de transition en 2007 et 2008", a encore dit M. Verhofstadt, précisant dans la foulée que ces plans "sont horizontaux, à savoir valables pour toutes les usines produisant de voitures et les industries en Belgique".

Il s'agit d'octroi du chômage technique, de réduction de cotisations sociales pour la période transitoire, de réduction du temps de travail et de réduction des charges sur le travail en équipe. "Cet ensemble devait nous permettre d'être compétitifs", a ajouté le Premier ministre.

Les syndicats ont été informés de ces plans. "Ils veulent maintenir 3.000 emplois. C'est très positif. Au départ on parlait d'une fermeture en deux phases. Mais il va falloir négocier", a indiqué Manuel Castro (FGTB Métal).

La direction a appelé quant à elle à la reprise du travail à Forest.

"Nous allons analyser les propositions et les communiquer aux travailleurs. On verra comment ils vont réagir", a dit M. Castro. Les travailleurs seront invités à se prononcer début de semaine prochaine.