Porte-parole de Citibank Belgique

Le tribunal correctionnel de Bruxelles vous a condamné, parfois dans des termes très durs. C’est une défaite pour vous ?

Je ne pense pas que le tribunal soit si dur que cela avec nous. Nous avons d’ailleurs plusieurs motifs de satisfaction à la lecture du jugement du tribunal. Nous constatons par exemple que les charges de fraude et de blanchiment d’argent qui pesaient sur nous ont été levées. C’est déjà, en soi, très important. Le tribunal estime ensuite que la faillite de Lehman Brothers ne pouvait pas être prédite et qu’il n’y avait pas d’intention de notre part d’escroquer nos clients. Il n’y a pas eu, non plus, de critiques à l’égard de nos produits. Voilà donc toute une série de constats favorables pour notre banque. Nous maintenons notre position : nous n’avons pas trompé nos clients.

Le tribunal ne vous en condamne pas moins pour “publicité trompeuse”…

Le tribunal a eu recours dans son jugement à la loi sur les pratiques commerciales. Est-ce que cette loi s’applique vraiment dans le cas présent ? L’opinion est justement qu’elle ne s’applique pas aux produits financiers. Et, dois-je le souligner, c’est d’ailleurs la première fois qu’un tribunal l’applique dans un contexte financier. Or, c’est en se basant sur cette loi que le tribunal estime que l’information préliminaire donnée à nos clients n’était pas suffisante. Dans les documents transmis à nos clients, documents qui avaient reçu l’aval de la CBFA, le risque crédit de l’émetteur du produit était mentionné. Pour le tribunal, ce n’est toutefois pas suffisant. Il estime que nous aurions dû évoquer un risque, même minimal, lorsque nous avons discuté du produit avec nos clients. Cela va très loin. C’est comme si, lorsque vous ouvrez un simple compte d’épargne, la banque devrait vous informer qu’elle pourrait tomber en faillite.

Le jugement du tribunal concerne finalement combien de vos clients ?

Quelque 98 % de nos clients avaient accepté notre proposition de transaction, que nous croyons sincèrement être une compensation très juste. Le jugement du tribunal concerne donc les 63 personnes qui n’avaient pas accepté notre proposition. Le tribunal leur a accordé des indemnités de 65 % du montant de leur investissement car les produits Lehman Brothers valent encore quelque chose. Le tribunal souhaite déduire la valeur des produits du montant de leur investissement.