La Banque nationale de Belgique (BNB) a publié, vendredi, les chiffres officiels des comptes d’épargne en Belgique. Fin novembre 2009, l’encours total de ce produit bancaire populaire s’établissait à 182,951 milliards d’euros, soit près de 40 milliards de plus que les 144,511 milliards d’euros recensés à la fin du mois de novembre 2008. Jamais les statistiques officielles de la BNB n’avaient mentionné une somme aussi élevée sur les carnets de dépôt dans notre pays.

Comment expliquer ce record de l’épargne belge ? Premièrement : les particuliers ont été rassurés par l’intervention des pouvoirs publics en faveur des banques. Les mois de septembre et octobre avaient sapé la confiance des clients des grandes banques belges qui avaient vu leurs dépôts fondre à vue d’œil. Mais après les sauvetages des banques belges et la décision des autorités de garantir les dépôts à concurrence de 100 000 euros, l’argent est revenu en masse.

En outre, si la crise financière semble à présent derrière nous, la crise économique est, par contre, bel et bien présente. Dans ce contexte, le Belge craint de perdre son emploi. Pour se prémunir de cet éventuel coup dur, il constitue donc une épargne de précaution. Le compte d’épargne a l’avantage d’être un placement liquide : on peut y puiser à tout moment. C’est donc cet actif que l’épargnant privilégie.

Pourtant, les taux qu’offrent les banques belges ne sont pas mirobolants. Certes, mais l’inflation est encore proche de zéro : sur un compte d’épargne, l’argent ne se déprécie, en tout cas, pas ! Et les classes d’actifs qui rémunèrent mieux les investisseurs sont soit plus risquées (actions, obligations, etc.), soit moins liquides (bons de caisse, comptes à terme, assurance-vie, etc.), c’est-à-dire qu’il faut bloquer l’argent un certain temps.

Et dire que les comptes d’épargne n’ont jamais aussi peu rapporté ! Un compte d’épargne classique chez BNP Paribas Fortis, le leader du marché, rapporte ainsi un taux de base de 1 % et une prime de fidélité de 0,25 %. Pas de quoi fouetter un chat.

Il est toutefois possible de trouver mieux.

A très court terme, il y a le compte à terme de Keytrade Bank : 5,10 % net pendant trois mois avec une mise maximum de 10 000 euros dans le cadre d’une offre réservée aux nouveaux clients. Pour un horizon de six mois, l’I-plus Welcome d’Axa propose un taux de base garanti de 2,20 % - sur base annuelle - et une prime de fidélité de 0,50 %. Mise minimum de 15 000 euros, surtout conseillé pour les nouveaux clients. Si vous êtes quasiment certain de ne pas devoir puiser dans votre épargne au cours des douze prochains mois, le compte Premium de BNP Paribas Fortis offre 1 % de taux de base et 1,50 % de prime de fidélité. Mise minimum : 12 500 euros.

Sinon, le compte en ligne de Fortuneo (ex-Cortal Consors) propose un rendement de 2,20 % + 0,50 %, soit l’offre la plus élevée du moment (pas de mise minimum et de conditions tarabiscotées).

BKCP et le compte Internet de BNP Paribas Fortis et Fintro ont, pour leur part, chuté de quelques places depuis la fin de l’année dernière, en raison de la baisse sensible de la rémunération depuis début janvier.