Bonne nouvelle pour le facteur. Malgré la déferlante des nouvelles technologies et plus particulièrement des boîtes aux lettres électroniques, sa sacoche ne risque pas de se vider de si tôt.

D'après les résultats d'une enquête présentés jeudi par La Poste à l'occasion d'un forum sur la gestion de documents professionnels qui réunissait plus de 300 entreprises clientes, le Belge reste très attaché à son bon vieux courrier papier. Cette étude, la première du genre réalisée à la demande de l'entreprise publique, cet été par téléphone auprès de 1169 personnes, démontre que la plupart des Belges lèvent leur boîte aux lettres chaque jour. «Deux tiers des gens apprécient et attendent le moment du courrier», relève Dirk Oosterlinck, «director Entreprise Solutions» à La Poste. Cet état est encore plus marqué chez les femmes et chez les francophones.

30 minutes par semaine

Au total, les Belges consacrent environ 30 minutes par semaine à trier, traiter et lire leurs lettres et autres documents reçus par la poste.

L'enquête indique aussi que 73 pc des Belges préfèrent recevoir leur courrier sous forme papier que par voie électronique. Et cette proportion ne concerne pas que les «seniors». 61 pc des personnes interrogées âgées de moins de 34 ans partagent cet avis. A titre de comparaison, la dernière enquête sur le sujet réalisée aux Etats-Unis en 2003 montrait que 66 pc des Américains et 60 pc dans la catégorie 18-34 ans préconisaient la voie postale en lieu et place des e-mails.

Les factures et autres documents administratifs sur papier semblent aussi avoir de beaux jours devant eux. 87 pc des personnes sondées préfèrent recevoir leurs «douloureuses» et autres extraits de compte par la poste. Voilà un résultat qui n'est pas de nature à stimuler la facturation électronique, utilisée seulement, comme le révélait il y a quelques jours une étude du bureau d'audit PriceWaterhouseCoopers, par une entreprise sur trois en Europe.

L'enquête montre en outre que les mailings publicitaires personnalisés (appelés, dans le jargon postal, le direct marketing) sont ouverts par 78 pc des Belges. Et 23 pc d'entre eux les lisent attentivement.

«Le direct marketing reste le canal privilégié (52 pc) pour avoir des informations sur les nouveaux produits et/ou services. Il devance de loin les e-mails, les toutes-boîtes, les journaux, les magazines, la radio, la télé et Internet», souligne Dirk Oosterlinck. Voilà qui explique pourquoi le courrier publicitaire adressé est l'un des rares segments à croître encore à La Poste et, de manière générale, dans le secteur postal, où les volumes sont en baisse.

© La Libre Belgique 2005