Neuf indépendants retraités sur dix touchent correctement leur pension, affirme jeudi l'Inasti, corrigeant ainsi le SNI qui avance que plus de 60.000 d'entre eux sont lésés depuis janvier en raison de problèmes de logiciel. L'administratrice générale de l'Institut national d'assurance sociale pour travailleurs indépendants reconnaît certaines difficultés mais réfute le chiffre du SNI. Depuis le début de l'année, la pension des indépendants n'est plus calculée sur le nombre d'années de travail, mais sur le nombre de jours prestés. Le système devrait être plus avantageux, mais, à cause de problèmes de logiciel à l'Inasti, près de 63.000 d'entre eux perdent entre 20 et 84 euros par mois, selon le SNI.

Cette affirmation est tirée par les cheveux, selon l'administratrice générale de l'Institut, Anne Vanderstappen. Elle reconnaît un problème de logiciel, mais aussi des retards dus à un déménagement, la numérisation de 12.000 dossiers et au changement de législation.

Selon Mme Vanderstappen, 29.998 dossiers ont été traités cette année, débouchant sur 12.642 décisions définitives. Une décision temporaire a été prise dans 17.356 dossiers. Dans ces cas, la pension exacte sera établie plus tard. "Nonante pour cent des décisions prises jusqu'à présent concorderont avec le montant définitif", assure l'administratrice. "Il existe un risque que la pension soit plus faible de quelques euros dans maximum 10% des cas."

Les personnes concernées ont été informées, ajoute-t-elle, assurant que seules 25 plaintes ont été déposées jusqu'à présent.

Le problème de logiciel devrait être réglé pour septembre, espère Mme Vanderstappen. "Les pensionnés ne sont pas lésés par la situation, contrairement à notre personnel qui doit assumer deux fois plus de travail puisqu'il doit prendre une décision provisoire puis définitve", conclut-elle.