Après avoir conclu un deal avec Lime, le service de trottinettes électriques en libre-service, Uber prévoirait de licencier l'ensemble des équipes bruxelloises, travaillant pour Jump.

Déjà associée financièrement depuis juillet 2018, l'entreprise Uber est à nouveau venue au secours de son concurrent Lime en menant un tour de table à 170 millions de dollars, avait-il annoncé debut mai. Dans le cadre de cet investissement, Lime a donc acquis les activités commerciales de Jump. 

A la suite de ce rapprochement avec Lime (le service de trottinettes électriques en libre-service), Uber Jump aurait remercié l'ensemble de ses équipes bruxelloises. Selon Le Soir, les équipes bruxelloises qui comptent environ 50 personnes auraient appris leur licenciement fin de semaine dernière.

L'entreprise s'est refusée à tout commentaire arguant que "le processus légal en cours ne permettait pas de commenter la situation actuelle pour le moment".

Uber est touché de plein fouet par les mesures de restrictions des déplacements et de confinement prises par divers gouvernements pour endiguer la pandémie de coronavirus. Au niveau mondial, le groupe américain avait déjà fait part de la suppression de 3.700 emplois début mai. Il a annoncé lundi qu'il allait licencier 3.000 salariés supplémentaires.

A Bruxelles, le marché des vélos électriques est donc aux mains de l'entreprise bruxelloise Billy. Pour l'instant en tout cas.